Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Val de Saire vu par Ph L

Le Val de Saire vu par Ph L

Découverte du Val de saire (Manche), photos,actualité, évènements, communes, activités. Partagez avec moi le plaisir de decouvrir et apprécier ce coin de la MANCHE nord-est.

Publié le par Ph L

Pour la reconnaissance des langues régionales

Protestation en direction des sénateurs

Préparation de Cimenets à Ruffosses 1939

Préparation de Cimenets à Ruffosses 1939

Le cimenet (extrait)

Quaind no défouonait le cimenet, il ‘tait doraé sus le dessus aveu des petites railes pus cllaires dains la craôte feine. Et no le vendait dains la bouotique byin seu, mais surtouot les jouors de feires et de marchis …

En av’ouos quiques couops mouogi ? I faôt qu’i sei byin frais, aveu, dains la min mouofllette et byin sèque, des petits ur graôs coume des taêtes d’épinglles. Ne le mouogiz paé sains beire, cha vouos empal’fait. Trempaez-lè dains voute cafaé et, muus, dains eune moque de pur jus. En étaé qu’i fait byin caôd, y a ryin de milleu ! Ch’est nouorrissaint et … cha fait beire. Mais si vos coapez eun conuet dains vooute moque, o s’sa vyide sains beire à même… Ne faites paé coume noute veiseine palmyre qu’avait mouogi pouor sa colatioun, eun jouo de sant Jacques à Mouotebouorg, eun cimenet touot entyi, trempaé dains eune moquie de pur jus d’eune pinte. Quaind o feut tchitte, o dit à l’aôbergiste : « Bâyiz-meieune aôte moque, ch’est men cônuet qu’a beu la prémyire ! » C’te pouore Palmyre, olle aimait byin le cimenet, mais le pur jus li passait enco pus praés du quoeu ! Ch’est lli qu’avait acataé à mes gens eeune barique de bère de chent pots que li avait gaintaée dains son ch’lyi. « Cha me durera jusqu’à l’annaée qui vyint ! » qu’olle avait dit. Hélos ! oû bouot de syis meis, i en avait pus ! « Je n’y coumprends ryin, que disait palmyre, je n’en y pouortaint jamais halaé qu’aveu men petit godet ! » mais o ne disait paé coumbyin de couops qu’olle y alait par jouo, surtouot quaindo mouogeait du cimenet qu’n beuvait oûtaint que lli !

J’arverrouns –t-i quiques couops de biaôs cônuets doraés du Pount-l’Abbé, de Blloôville, de Reufaôsse ou byinde Sersouët ? Est-i dit que la drényire guerre les éra tuaés ? N’y a-t-il pus de bouolaingis qui savent le faire , n’ount-i paé touot chenna qu’i faôt coume aôtfeis ? de la flleu, du bûre, du lait et d’s oeus , quaind qui que no-z-en retrouera sus les étâs, ès feires d’éaé ou byin d’aryire, coums dains touotes nous assembllaées ? je vouos caôtioune que les pratiques ne lû mainqueraient paé. « cha s’rait chi ? » que vos diraez. Qui qui n’est paé chi dains le jouo d’an’hyi ? Alouns, les bouolaingis, essayiz ! essayiz tréjouos, no verra byin ! J’artyins d’avainche le prémi cônuet du prémyi bouolaingi qu’en refera.

Mars 1952

Pierre Guéroult

Contes et récits.

la marchande de cônuets de Ruffosses à  la foire de La Pernelle

la marchande de cônuets de Ruffosses à la foire de La Pernelle

Si les sénateurs et législateurs persistent la France ne ratifiera ps la charte des langues régionales.

Un texte en Normand en guise de protestation.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog