Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Val de Saire vu par Ph L

Le Val de Saire vu par Ph L

Découverte du Val de saire (Manche), photos,actualité, évènements, communes, activités. Partagez avec moi le plaisir de decouvrir et apprécier ce coin de la MANCHE nord-est.

Publié le par Ph L
Publié dans : #Normandie

Costumes traditionnels

Je reviens sur les coiffes et les costumes. J'emprunte le texte à Charles LEPELEY (1889-1970), dans son livre (Editions Notre-Dame) publié en 1957 et intitulé "Valcanville" où il fut prêtre à partir de 1927. J'associe cartes postales et images actuelles pour tenter de préciser les explications du texte fruit d'une longue observation et partage de vie dans la paroisse.

coiffe-2010-040-detail

Le dimanche pour assister aux offices, les hommes de chez nous prenaient, les plus fortunés une grande  blouse en toile de fil, les autres de condition plus modeste une petite blouse de coutil rayé ? Les jours de fêtes carillonnées, en particulier pour faire leurs pâques, ils endossaient un complet de droguet. Seuls les riches, pour leurs noces, les jours de la Première Communion et du mariage de leurs enfants, et pour certaines cérémonies funèbres, revêtaient la rédingote qu’accompagnait fort bien le chapeau « haut de forme ».

cp-costumes-020

Dans les mêmes circonstances solennelles les femmes portaient une magnifique coiffe de dentelle, haute d’au moins quarante centimètres, montée sur une armature de fil de fer, une basque et un jupon de droguet vert ou marron, un châle et un tablier de soie « gorge de pigeon », une croix d’or attachée à un ruban de velours. Les sociétés folkloriques s’efforcent de remettre en honneur ces riches costumes, mais il y a souvent quelque chose d’apprêté, de convenu, de guindé qui n’existait pas autrefois. Une coiffe beaucoup plus simple était de service les dimanches ordinaires ; certaines vieilles femmes la portaient même tous les jours.

  coiffe-spe-010   cp-costumes-030

 Quand les coiffes eurent disparu, elles furent remplacées par les bonnets montés, qui étaient également de deux sortes, les premiers pour les fêtes, les seconds pour les simples dimanches. Les beaux, vraisemblablement splendides, avaient par devant une triple rangée de tuyaux, un fond de dentelle de fil avec des bouquets de fleurs et de larges rubans de moire noués sous la gorge. Qu’elle avait grand air la « brun » à côté du « bruman » le dimanche qui suivait leur mariage ! Il y a vingt ans environ, quelques unes de nos Valcanvillaises, qui avaient gardé les atours de leurs aïeules, montaient la côte de Grâce, le jour anniversaire du couronnement de la Madone ; que de fois elles entendirent cette réflexion religieuse : « oh ! les beaux bonnets ! », et comme elles parlaient patois on se demandait de quelle pays elles pouvaient venir … jusqu’à Honfleur.

coiffe-spe-050

Les bonnets simples, de même forme, ne comportaient point de fleurs, mais seulement la triple rangée de tuyaux avec petits rubans, des entre-deux de dentelle ou de broderie et, sous la gorge, un ruban de faille.

  coiffe-spe-020-deuil         cp-coiffes-barfleur

Coiffes de barfleur 

Lorsqu’un deuil venait les frapper, les dames prenaient un bonnet plat avec trois bandes de crêpe sur le fond et une autre, plissée, par devant ; un voile de grenadine, posé sur ce bonnet, recouvrait le visage. Aussitôt le grand deuil fini, elles mettaient un bonnet monté en mousseline blanche garnie de noir ; les rubans, « les gorgères », c’est ainsi qu’on les appelait, restaient noirs.

Dans un temps plus reculé, les vieilles femmes qui, elles avaient toujours un bonnet plat – le dimanche en mousseline et tous les jours en piquet blanc – endossaient, quand elles se trouvaient en deuil, une plisse (ou mantelet) comme celle que portait Jeanne Jugan et qui est devenue le costume religieux des Petites Sœurs des Pauvres. Un peu plus tard, elles remplacèrent la plisse par un grand châle en mérinos, mirent des rubans noirs à leur bonnet plat qu’elles couvrirent d’un voile de grenadine.

coiffe-2010-090-chale un châle avec motif rare

 coiffe-detail-100.jpg

Le beau bonnet était accompagné d’une basque et d’un jupon en ottoman ; le simple d’une basque et d’un jupon en lainage ordinaire ; le plat d’un paletot rond en étoffe de laine et d’un jupon de droguet noir. Tous les jupons descendaient jusqu’aux chevilles ; aussi, lorsque plus tard ce fut la mode pour les dames de s’habiller court, que c’était drôle de voir l’une d’elles avec jupon s’arrêtant aux genoux et … bonnet monté. !

jupon-010.jpg

Un jupon 

 Oh ! certes, dans ces temps qui nous paraissent maintenant d’un autre âge, personne n’avait le souci de la ligne. Les femmes portaient une « crinoline », sorte de cerceau destiné à maintenir raide et bien rond leur gros jupon de droguet, et elles n’hésitèrent pas à se mettre un petit coussin, en arrière, au-dessus des hanches ; on l’appelait une tournure.

Montebourg-1865-2-.jpg Merci à Margareth, qui m'a envoyé la photo (1865) de ses aïeules, habitantes de la région de Montebourg.

 

 

 

Commenter cet article

Florentin 03/03/2011 20:26



Je me souviens qu'une de mes grands-mère, qui habitait Renouville à Cosqueville portait une coiffe de ce genre. mais, je ne me souviens plus du tout du costume qui était alors le sien. Il est
vrai que j'étais petit et que je ne pouvais être attiré chez elle que par le plus spectaculaire, la coiffe.



margareth 03/03/2011 18:46



Merci PH d'avoir publié ma photo. Ces chères aïeules et leur photographe n'ont sans doute jamais imaginé que leur portrait serait encore lisible près de 150 ans plus tard ! Et encore moins que
des curieux du monde entier pourraient venir l'admirer sans sortir de chez eux !



Articles récents

Hébergé par Overblog