Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Val de Saire vu par Ph L

Le Val de Saire vu par Ph L

Découverte du Val de saire (Manche), photos,actualité, évènements, communes, activités. Partagez avec moi le plaisir de decouvrir et apprécier ce coin de la MANCHE nord-est.

Publié le par Ph L
Publié dans : #Saint Pierre -Théville

Nous sommes bien en Normandie et non en Bretagne à Carnac. Trois menhirs sont répéretoriés et sont désignés par l'expression les Trois Princesses.

 

La région de Saint Pierre Eglise (50330) possède des monuments mégalithiques : une allée couverte, trois menhirs (les trois Princesses) et ceux que j'appelle les vigies du port de Cherbourg.

"Ce menhir dit de la Grande Pierre, classé monument historique (1887) a été redressé en ce lieu le 6 septembre 1997.

Son emplacement d'origine est aujourd'hui détruit. Il a été abattu et enterré pendant la seconde guerre mondiale lors des travaux d'agrandissement de l'aéroport.

Ce monument mégalithique est constitué par un bloc naturel de poudingue (galets cimentés par un grès) et date du Néolithique (4500-2500av J.C.). La fonction des menhirs n'est pas connue avec précision."

Note affichée sur site




La Haute Pierre

Au hameau de Hacouville, le menhir " La Haute Pierre " mesure trois mètres de haut.
Il forme l'ensemble du " Mariage des Trois Princesses " qui désignait trois fées, dont la dote, prétend la légende, est enfouie au centre du triangle emblématique. (avec la " Longue-Pierre " au Plat-Douet, et la " Pierre Plantée " sur Cosqueville).
Ce menhir présente à son sommet, sur deux de ses faces, deux rainures parallèles verticales, d'un mètre de long environ. Ces rainures dépassent le sommet du menhir et descendent dans la face opposée et vraisemblablement taillée de main d'homme
.

 

 

 
La Pierre Plantée (sur la commune de Cosqueville); près de 4 mètres de haut, présente des sillons sur l'une de ses faces.

 












La Longue Pierre
dessin  : document CPIE, Communauté de Communes présenté sur le site.

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #La Saire - la Sinope

Un lavoir, des lavandières
je vous ai montré la Saire, sur cette rivière de nombreux lavoirs classés désormais au rang de petit patrimoine. Avec ces lieux il existe une histoire, une réalité de la vie quotidienne le travail des lavandières.
Très exceptionnellement il est possible de rencontrer une personne agenouillée pour la lessive.
La première photo date des années 1970, la seconde d'août 1986.

 

 

Louise n'était pas ma grand mère, dans le village nous l'appelions tous Mémère LOUISE. Pour beaucoup aussi, c'était notre grand mère de coeur. Combien de fou-rires n'avons nous pas eus à la découverte du magnétophone en particulier. Il faut le dire Louise était une référence en "parler normand".
exemple : "je ne creyais pas qu'il fût là", traduire, "je ne croyais pas qu'il fût là". Latinistes à vos grammaires il y a dans cette phrase une belle concordance des temps.
Le rire c'était une chose, mais toute sa vie, par tous les temps, Louise a lavé le linge à la rivière, tué et plumé les volailles.


 

 

 

Odette, la fille de Louise a beaucoup fait de lessives à la rivière ou dans son lavoir (dans la rue chaque maison disposait de son propre lavoir)
Photo : août 1986.

Commentaire de Pierre à gauche sur la photo "Cette image me rappelle le bon vieux temps. Sur la photo j'avais 6 ans avec mamie, (la fille de Louise)quand j'étais en vacances chez elle pour laver le linge à la rivière. Quelle galère pour moi!!! "

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Bonnes visites
je vais m'éloigner de l'ordinateur pour une semaine, mais chaque jour vous pourrez voir un nouvel article, laissez vos messages je répondrai vers le 21 septembre.

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Histoire locale
Saint Vaast la Hougue : Visite de la tour Vauban de la Hougue


Allons voir cette tour aperçue hier

Les tours ont été conçues pour s'inscrire dans un système de défense des côtes.

L'escalier pour accéder aux salles de la tour Au sommet de la tour
  Une des salles  
  Un crochet pour amarrer les canons   Vue vers Saint Vaast la Hougue
  Vue vers l'île de tatihou   Vue sur l'église de Quettehou et le Rivage
   
  La porte aux Dames   Le sentier qui mène à la tour

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Histoire locale

Saint Vaast la Hougue : la tour de la Hougue, tour Vauban
Les tours Vauban de la Hougue et de l'île Tatihou sont désormais inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO au même titre que le Mont Saint Michel.
(Complément à l'article du 8 juillet)

 

Vauban est connu comme ingénieur du roi Louis XIV, pour la construction de fortifications et son rôle joué dans de nombreux sièges de villes qu'il a toujours menés à terme et succès  avec la volonté d'avoir le moins de pertes humaines possibles (Douai, Tournai, Lille, Maastricht.... une cinquantaine).

 

Sébastien Leprestre de Vauban, est né en 1633 à Saint Léger de Foucheret (Morvan/Yonne), cette commune devint par décret impérial du 7 décembre 1867 Saint Léger Vauban (Région d'Avallon). 

Ses relations avec le roi étaient particulières et il usait d'un franc parler. S'il était écouté en tant que conseiller militaire et en matière de fortifications, il ne l'était pas en matière de politique. Cela ne l'empêchera pas d'écrire et de diffuser un projet de réforme de l'impôt (la taille). « Il n'avait que trop constaté que les riches s'évertuaient à paraître pauvres ». Il aurait souhaité que tout le monde paie l'impôt sur des bases rationnelles.

 


Merci à Gérard Grimbert, coauteur d'un ouvrage consacré à Vauban et qui a écrit ces quelques lignes pour cette rubrique.

 

 Après le classement des deux tours Vauban au patrimoine mondial de l'UNESCO, quelques questions méritent réponse.

 - De quand datent ces tours ?

 - Pourquoi ont-elles été construites ?

 - Comment se justifie l'endroit choisi ?

  A ces trois questions, une seule réponse : La BATAILLE de LA HOUGUE. (Cette appellation est d'ailleurs impropre puisqu'elle fait référence à une bataille navale qui se déroula en 1692 au large de Barfleur).

  44 vaisseaux français sous les ordres du vice-amiral Tourville s'opposèrent à 99 vaisseaux de la flotte anglo-hollandaise, et, malgré l'infériorité numérique, les Français ne perdirent aucun vaisseau. (Certains parlent de la "Victoire de Barfleur", mais il ne faut rien exagérer !).

  Mais faute d'une côte protégée et d'un port pour s'y réfugier, 15 vaisseaux de Louis XIV furent incendiés par les Anglais : 3 sous Cherbourg et 12 sous Tatihou et à la Hougue.

  Suite à ce sérieux revers, la décision fut prise de construire ces deux tours pour protéger la rade de la Hougue ; mais elles qui auraient été si utiles en 1692, ne furent construites qu'en 1694 et ne serviront qu'en de rares occasions comme tours de défense : en 1708, par exemple, elles feront échec à une tentative de débarquement des Anglais.

 (A noter que Vauban avait demandé cette protection de la côte bien avant 1692).

Annick Perrot
Gérard Grimbert
Edmond Thin,
André Zysberg

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Sainte Genevieve

Sainte Geneviève








Arrondissement : Cherbourg
Canton : Quettehou

Habitants : 329 (génovéfains)
Superficie : 495 hectares
Ecole : regroupement scolaire intercommunal à Montfarville

Code postal : 50760
Code INSEE : 50469
Altitude mini : 9m, maxi : 60m
Situation géographique : latitude : 49°39'27" Nord Longitude : 1°18'40" Ouest
Arrvilla (jusqu'au XIIème) Sancta Genofeva à partir du XIIIème siècle


La commune comme toutes ses semblables disposait de commerces, aujourd'hui il n'en existe plus, mais un artisan et une entreprise de mécanique agricole se sont implantés ces dernières années.






Une entreprise de conditionnement et d'expédition de légumes assure une grande vitalité à la commune et à tout le val de Saire en traitant une part importante des légumes produits.

 

 

 





Le conseil municipal travaille pour définir une carte communale, document d'urbanisme qui doit faciliter l'implantation de constructions nouvelles
.


La commune possède de vieilles demeures, dont les noms portent des noms évoquant les anciens propriétaires : la Moignerie, la Fèvrerie, la Dubourderie, la Fouquetière. Le manoir des Mares fut construit en 1615 et conserve d'intéressants vestiges. le manoir d'Arville date des XVII et XVIIIèmes siècles, il a peut être remplacé un plus ancien. Près de l'église, la vieille maison avec porche et tourelle a-t-elle était construite par les Anglais au XVème ?

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #La Saire - la Sinope
La Saire

Promenade en images
Un clic pour agrandir les photos
   
   


   
   

   


   

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #La Saire - la Sinope

La saire


Quelle est l'origine du mot "Saire" ?

   

La signification suivante a cours, mais n'est pas exacte. Elle me plaît, surtout que la période de récolte des grains n'est aps très lointaine

"Saire " viendrait tout simplement de "Cérès" déesse des moissons dans l'antiquité, désignant ainsi une vallée fertile. Quand on sait que la présence romaine dans le Val de saire a existé, on pourrait ne pas être surpris. Un temple lui était dédié dans le bois de la folie au Vicel. Des traces existent avec le camp romain dans le bois de Pépinvast. Le "compliment" "Vespasien" était encore utilisé par les anciens il y a quelques années pour désigner un homme de "mauvaise vie ou brutal de caractère".

 

 

Alors quel est l'origine du mot Saire ?

 

Lorsque les Vikings abordèrent les côtes il y a près de onze siècles, une saillie rocheuse attira leur attention -la Pointe de Saire- qu'ils baptisèrent SARNES dont la finale signifie "cap" ou "pointe de terre" en scandinave.

La saire

 

Les deux cartes ci-dessous définissent le bassin versant de la Saire. Sur la carte 1, vous pouvez voir les communes qui sont concernées par la saire et ses affluents.

Cartes réalisées par la CATER Normandie

  

La carte 2 met en évidence les périmètres géographiques des organismes qui couvrent le territoire du bassin versant de la Saire. Regroupant les communes concernées ce sont 4 communautés de communes ixte plus une société de pêche ("La mouche de saire" AAPPMA, Association Agréée pour la Pêche la Protection des Milieux Aquatiques). Ceux ci travaillent actuellement pour trouver les meilleurs moyens qui pourraient mener à des maîtrises d'ouvrage pour l'entretien de ce cours d'eau avec pour but maintenir et améliorer la qualité de l'eau. La Saire se jette à Réville dans une baie consacrée à la conchyliculture.

Côté mer Côté terre

 

A marée haute, les portes sont fermées évitant ainsi que la mer ne remonte à l'intérieur des terres.

  

Côté terre, à marée haute, l'eau s'accumule en arrière des portes à flots et inonde plus ou moins les près voisins.

A marée basse les portes s'ouvrent et l'eau douce s'écoule vers la mer.

 

La Saire prend sa source au Mesnil au Val. Sa longueur est proche de 29 kilomètres ou 50 avec les affluents.

Elle se jette dans la mer à Réville (voir ci-dessus les 3 photos du Pont de Saire).


 Cette carte met en évidence les lieux où étaient situés les moulins. (carte Y. Lebresne d'après le travail de marcel Roupsard)

 

 



Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Agriculture
Lait : grève du lait






Sur les marchés (ici à Saint Pierre Eglise) de la région de nombreuses distributions de lait ont été effectuées tout au long de l'été, l'occasion pour les exploitants d'expliquer pourquoi ils envsagent de faire la grève annoncée du lait.



Comme beaucoup de citoyens la grève du lait m'interpelle. La question de l'avenir des campagnes est posé et des productions locales. de même que le consommateur est interpellé par les productions ou les consommations hors saison : pourquoi propose-t-on à la vente des pommes de terre d'un an, conservées on ne sait trop comment, alors que localement on en produit des "nouvelles".
Avez-vous un avis ?

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Agriculture
Lait

Comme je l'ai fait pour les cultures, je vais essayer de vous présenter la partie agriculture, élevage. Je commence par montrer les pratiques des années 1950 et antérieures telles que j'ai pu encore les photographier dans les années 1980. 

Pour transporter les bidons des champs à la ferme, l'âne était souvent utilisé comme animal de traction.
Chaque bidon contenait 20 litres ce qu'une bonne vache laitière pouvait fournir.
La collecte était quotidienne.





La dernière tournée du laitier








Quettehou : laiterie "Pointe de Saire"
15 mai 1980, dernière tournée pour le laitier, la collecte ne se fera plus avec les bidons mais avec des tanks.
le travail dans la laiterie aussi va changer
Cette laiterie fermera en 1991 et son activité déplacée vers Sottevast, centre des "Maîtres Laitiers".

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog