Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche pour “petoncle”

Olivettes, pétoncles, vanneaux

Publié le par Ph L

Olivettes, pétoncles, vanneaux

Olivettes, pétoncles, vanneaux

La pêche aux moules de gisements naturels n'a pas repris faute de produit. 

La pêche aux olivettes vient se substituer, sauf que les lieux de pêche se situent à huit heures de bateau et en zone anglaise.

L'olivette est aussi connue sous le nom de pétoncle ou encore vanneau.

Aequipecten opercularis ou queen scallop

Olivettes, pétoncles, vanneaux

Voir les commentaires

Les pétoncles, les vanneaux, les silleux

Publié le par Ph L

 Les pétoncles, les vanneaux, les silleux
IMG0020-010

Ce qui est débarqué ici ce sont des "olivettes" ou des "vanneaux", ou des "silleux" ou des "pétoncles". Mais attention selon l'endroit où l'on est un mot peut désigner autre chose.

Exemple "silleux" s'emploie pour les coquilles Saint jacques qui se dénomment officiellement "pecten maximus"

 IMG0011
Les olivettes ne sont pas très couramment pêchées, c'est un coquillage délicat et dont la conservation n'est pas facile.
 Photos archives, débarque à Barfleur.
 petoncles-vign-2.jpgTrois noix de pétoncles dans une coquille saint-Jacques

Voir les commentaires

Sur les quais de Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue

Publié le par Ph L

Sur les quais de Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue

Septembre, octobre il fait encore beau pour arpenter les quais, en curieux ou à la recherche de quelques spécialités.


   Que ce soient les grages ou le chalut, le retour à quai reste synonyme de réparations.

 
    Parmi les produits qu'il est possible de se procurer, les pétoncles (ou olivettes), les coquilles saint Jacques, pour ne parler que des coquillages.
Dans les dragues quelquefois aussi des huîtres (il ne faut pas oublier que c'était la façon de les pêcher avant l'élevage), des huîtres dites pied de cheval en raison de leur forme. Ci-contre elle est de la taille d'une belle saint jacques.

Voir les commentaires

La coquille saint jacques : PECTEN MAXIMUS

Publié le par Ph L

La Coquille Saint jacques : (PECTEN MAXIMUS)

De retour de faire des courses, je reviens sur la coquille saint Jacques dont je vous entretiens régulièrement. Pour avoir observé ce qui est proposé dans les bacs de surgelés, je crois qu'il est difficile de s'y retrouver en particulier dans l'appellation "noix de coquilles saint jacques", la législation permettant de vendre des noix de coquillages différents sous cette dénomination..

coquillesstjacques-2010-070 

  Classification  (source: European Register of Marine Species)

Mollusca [Embranchement]    Pour en savoir plus: 

  • Conchifera [Sous-embranchement]
  • Bivalvia [Classe]    
  • Pteriomorphia [Sous-classe]
  • Pectinoidae [Super-famille]
  • Pectinidae [Famille]
  • Pectininae [Sous-famille]
  • Pectinini [Tribu]
  • Pecten maximus
    La classification peut vous paraître barbare, mais elle fournit la clef pour acheter en toute connaissance le produit tel que je le montre en photo.

Si sur l'étiquette vous lisez "PECTEN MAXIMUS", il s'agit bien du produit présenté, si vous lisez une autre appellation, (Chlamys, Argopecten ou Placopecten ) il s'agira vraisemblablement de pétoncle, surtout s'il est ajouté que c'est de l'élevage.

 Symbolique

Sa coquille est l'emblème :

  • de la société pétrolière Shell;
  • de Vénus, qui l'utilisa comme nef lorsqu'elle naquit, comme on le voit dans un fameux tableau de Boticelli. 
  • Venus-Boticelli.jpg
  • du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle (en l'honneur de saint Jacques le Majeur), sur les chemins de Saint Jacques, le symbole de la coquille est très utilisé en signalétique ;

 

coquillesstjacques-0100.jpg

 

Si vous souhaitez en savoir davantage sur la biologie de la coquille saint Jacques, consultez le document de l'IFREMER en lien ci-dessous.

 

Pour ceux qui ont la chance de s'en procurer des fraîches, vendredi 10, j'en ai acheté en direct du bateau à 3,50€ le kilogramme.

 

Voir les commentaires

Vocabulaire des côtes du département de la Manche

Publié le par Ph L

Vocabulaire des côtes du département de la Manche

Je viens de retrouver le brouillon d'un article destiné à la Presse de la Manche, datant vraisemblablement de 1985. Je ne me souviens plus s'il a été publié.

Je le reprends ici dans son intégralité. Il s'agit de présenter un livre d'où la préface de René Lepelley. 

Aujourd'hui à partir des exemples pris j'attends vos réactions et propositions

Cet ouvrage présente les divers noms utilisés dans cette région pour désigner les multiples espèces marines que l’on y rencontre. Chaque terme est localisé et son origine est expliquée. Le collectage de ces termes et les dessins ont été réalisés par des étudiants de l’Université inter-âges de Basse-Normandie (antennes de Cherbourg et de Granville). L’intérêt de l’ouvrage réside surtout dans la multiplicité des appellations utilisées, et dans le fait qu’un même nom peut ne pas représenter partout la même espèce. Ainsi une coquille Saint-Jacques sera appelée gofiche  à Granville et goufique ou goufigue  dans la Hague, mais dans le Val-de-Saire, elle portera le nom de cilieux sans que, pour autant, le mot gofiche y soit inconnu. Il désigne alors, non plus un mollusque bivalve, mais un gastéropode : l’ormeau. Dans le domaine des poissons, qu’est-ce qu’une biche, un ha, un caban, une gode, un vra, un touin ? Et, parmi les oiseaux, un grison n’est pas encore une mauve. Cet ouvrage permettra au pêcheur amateur et au touriste, comme au linguiste, amateur ou spécialiste, de répondre à ces questions et à bien d’autres

René Lepelley.

Gofique, goufique

Gofique, goufique

 

Le centre de publications de l'Université de Caen et les éditions Charles Corlet présentent un ouvrage particulièrement intéressant qui s'intitule "Vocabulaire des côtes du département de la Manche"

Cet ouvrage de 170 pages représente un énorme travail e collectage sur tout ce qui a trait à la mer : coquillages, poissons, oiseaux, algues. cette recherche a été effectuée par des membres de l'Université du 3è âge de Basse-Normandie dans les antennes de Cherbourg et Granville.

De très nombreuses illustrations sous forme de planches accompagnent le texte, elles ont été réalisées par Charles Fontanel, Paulette Herbert, Lucienne Lecourtois, Thérèse Orange.

Francis Bénard professeur de biologie à l'Université de Caen a assuré son concours au collectage.

René Lepelley professeur de linguistique, directeur du centre d'études normandes à l'Université de Caen a pour sa part procédé aux recherches étymologiques, assuré la présentation, la mise en page et la rédaction.

la grande qualité de cet ouvrage est d'inventorié huit cents dénominations locales de plus de deux cents espèces marines.

Pour chaque sujet étudié il est proposé le nom français et les différents noms locaux avec une tentative d'explication, quand c'est possible, sur les origines. Quelques fois l'étymologie ne fait pas de doute, d'autrefois il s'agit d'hypothèses. des termes comme "PITU" (région de Barfleur) pour désigner un ver, l'arénicole, sont restés sans explication.

L'ensemble doit être considéré comme une mise en évidence de la richesse des parlers locaux (souvent plus expressifs que le français lui même). Il ressort que les noms ont souvent été donnés par comparaison à des "objets", des "sujets" connus. Les images sont souvent très fortes, on pourrait résumer par "dis-moi où tu regardes et je te dirai de quelle région tu es originaire". 

Vocabulaire des côtes du département de la Manche

Dessus ou dessous

Calicôco (forme en spirale de la coquille du buccin). On a retenu l'aspect extérieur

U-de-brebis (= œil de brebis) allusion à la forme de l'aspect de la patelle dans sa coquille.

Cillleux, dérivé de cil,le bord de la coquille est garni de petites tentacules sensoriels qui évoquent des cils. C'est donc le fait d'observation de la coquille saint-Jacques dans son élément.

Ranbavoux ici on abandonne la forme pour faire allusion au mucus que secrète ce coquillage.

Vocabulaire des côtes du département de la Manche

Un sujet est désigné par plusieurs noms:

Pieuvre, poulpe, havetauque, minâ, minard, pûvre, satrouille, satroule. Le nom officiel français a été introduit par Victor Hugo dans "les travailleurs de la mer". Il a utilisé un mot du vocabulaire de Guernesey. ce terme a remplacé dans le dictionnaire poulpe.

Mançot, manche à couteau, à couté, manche dde couteau, de couté, manchot, manchotte désignent le couteau.

On peut remarquer que les termes régionaux sont plus évocateurs que le Français.

Vocabulaire des côtes du département de la Manche

Un nom désigne plusieurs sujets.

Nous sommes dans la situation la plus délicate, source de querelles de clocher, chacun pensant avoir raison alors que le voisin a tort.

Une gofiche et ses diverses formes (cofiche, cottefiche, gofiche, godefiche, goufique, goufigue) dans le nord de la Manche est un ormeau. dans la baie du Mont Saint-Michel, à Granville, à Agon cofiche ou gofiche désigne une coquille saint Jacques. C'est là un exemple typique.

il faudrait aussi se méfier du mot van (il rappelle le van utilisé pour séparer le grain de blé ou de sarrazin des autres produits du battage). Il a donné vanne, vanneau et désigne une coquille saint Jacques, un(e) mactre glauque, une palourde, un peigne operculé. 

Vocabulaire des côtes du département de la Manche
Vocabulaire des côtes du département de la Manche
Comment appelez-vous ce poisson ?

Comment appelez-vous ce poisson ?

Vocabulaire des côtes du département de la Manche

Du masculin au féminin

Pour désigner les sujets, on retient ce qui frappe, parmi les animaux qui sautent, la chèvre, la chevrette d'où crevette et si on met au masculin on obtient bouc d'où le bouquet, l'image se maintient avec sauticot.

Vocabulaire des côtes du département de la Manche

Du patois

Il n'est pas facile de dire que tous les termes sont du patois, mais pour certains cela ne fait pas de doute:

curé devient tchuré (poisson) et congre se transforme en angulle. Nous sommes là en présence de français régional, sous forme patoise, dans le domaine culturel, traditionnel, linguistique.

Des jeux de mots

Il est intéressant de suivre des évolutions de noms : vieile puis vieillotte ensuite demoiselle puis MQuels autres noms pour le bar ?adeleine. Il ne faut pas en conclure que toutes les madeleine sont vieilles et sont restées demoiselles. Il y a cependant des rapprochements étranges (en dehors de toutes statistiques).

Quels autres noms pour le bar ?

Quels autres noms pour le bar ?

Voir les commentaires