Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Val de Saire vu par Ph L

Le Val de Saire vu par Ph L

Découverte du Val de saire (Manche), photos,actualité, évènements, communes, activités. Partagez avec moi le plaisir de decouvrir et apprécier ce coin de la MANCHE nord-est.

Résultat pour “protection des digues

Publié le par Ph L
Publié dans : #Côtes du Val de saire, #communes-Collectivités

Protection contre la mer

Protection contre la mer
Protection contre la mer

Des liens vers des publications antérieures consacrées à la protection contre la mer et aux digues.

Protection contre la mer

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Saint Vaast la Hougue
Après la tempête du 12 mars : les digues
         Digue-19032013-0086.jpg

 La digue dite de la "Longue-Rive" entre Saint-Vaast-la-Hougue et Réville, colmatage d'une brèche.

            En octobre 2012 je m'étais intéressé aux digues et à la protection contre la mer. La tempête des 11, 12, 13 mars dernier et ses ruptures ou brèches dans les digues risque de relancer les mesures qui ont été définies après la tempête "Xynthia" .j eredonne les liens vers ces publications.

La digue Saint-Vaast/Réville
  Digue-22102012-0521.jpg
  Digue Saint-Vaast la Hougue 
  2009-1002-0400.JPG
  A propos de la côte 

  2009-1002-0396.jpg

 

A propos de défense contre la mer

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Côtes du Val de saire

  Au cours de l'année je pense que je reviendrai de temps en temps, voire souvent, sur le thème de la mer, la protection du littoral et la défense contre la mer.

J'ai abordé le sujet dans la catégorie Réville.

Ici je suis allé au sud du Val de saire, je me suis rapproché des plages du Débarquement, an allant à Saint Marcouf de l'Isle, commune très concernée par le sujet Par fort coefficient sans vent l'eau atteint la dixième marche.digues-sud-200

 Comme vous les constaterez sur les photos, il existe une digue, faite de pierres maçonnées. je vous montre comment en quelques centaines de mètres la configuration peut changer avec entre autres l'amoncellement de coquillages, de pierre plates au pied de la digue pour pratiquement atteindre le sommet. puis un peu plus loin la végétation s'est maintenue.

  digues-sud-210
  digues-sud-220

  digues-sud-230

 

digues-sud-250

 

digues-sud-270

 Dans de prochaines publications il faudra bien sûr que j'explique la problématique, les enjeux.

  digues-sud-100Plus loin encore ce ne sont que des pierres posées sur le talus qui assurent une protection.

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Saint Vaast la Hougue
  Digues Saint-Vaast la Hougue / Réville
  2012-1610-StVRev-0527

Les collectivités, les assotiations syndicales de riverains .. propriétaires ou/et gestionnaires des digues ont d'importantes obligations d'ici 2014.

Voilà un peu pourquoi je m'intéresse à ces ouvrages de protection contre la mer. Il est une digue dont j'ai beaucoup entendu parler et que l'on ne peut pas ne pas voir : la digue entre Saint vaast la Hougue et Réville

2012-1610-StVRev-0522
 Tout d'abord un peu d'histoire que j'emprunte à Joseph Leterrier et à sa monographie (1963) consacrée à Saint Vaast la Hougue : "Monographie sociologique et historique".  Joseph Leterrier s'appuyait lui-même sur l'ouvrage de Leroux (1897) qui publiait les textes.      
2012-1610-StVRev-0518

          Au nord, entre Saint Vaast et Réville. a chaque grande marée le flot occasionnait des dégradations au banc ou langue de terre qu'on avait élevé pour arrêter les coups de mer.

Mais le 14 février1702, une marée plus forte, accompagnée d'une grande tempête avec vent coupa ce banc en plusieurs endroits et de vastes terrains de saint Vaast,de Rideauville, de Quettehou, la Pernelle,  Réville et Anneville en Saire furent inondés. Après des réparations provisoires un arrêt du Conseil d'Etat, en date du 27 août 1703; prescrivit d'urgencel'édification d'une nouvelle digue aux frais des propriétaires dont les terrains devaient être protégés par le travail. Le devis de cette digue -qui avait alors une longueur de 350 toises - fut dressé par l'ingénieur DECOMBES, le même qui venait de construire (1694) sur les plans de Vauban les tours de la Hougue et de Tatihou.

Les propriétaires des paroisses furent taxés à raison d'environ 2 livres la vergée. 

 ptsaire-110-pav
          Mais il fallut bientôt faire davantage et construire la digue actuelle (qui mesure 2 706 mètres). de fortes tempêtes en 1725, 1726 et 1729, et plus tard une fois la digue construite en 1730, 1731, soulignèrent cette necessité.
  porteaflots-basse-010
 Le Pont de Saire  fut construit également en 1730 et dans les mêmes conditions. auparavant il y avait un pont de bois, bâti en 1693, formé de douze arches outre les marchepieds. Il avait coûté 1800 livres, et ne se trouvait pas exactement à la même place que le pont actuel       
pont-saire-rev.jpg
          Extrait du décret qui fixe les obligations des propriétaires et gestionnaires des digues.
  AR-VaastDigue-clst042012-4.jpg       

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Quettehou-Morsalines
Dans le Val de saire, Morsalines, le sentier de découverte (2/2) Côté littoral
Sentier-DSC 0506
 Sentier-DSC 0483Si vous ne marchez pas, admirez le paysage !!!
 sentier-040Un peu d'histoire sur les "redoutes" pour reprendre souffle.
 Sentier-DSC 0492Dans le béton de la digue de protection des signes particuliers ?
sentier-030Avant de rejoindre la côte, un arrêt s'impose à l'église à la découverte des graffitis.
 rivage-010Le Rivage

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Côtes du Val de saire
  Défense, protection contre la mer
qhou-rivage-050

 Le décret du 11 décembre 2007, 2007-1735, est entré en vigueur le 1er janvier 2008.

Le classement des digues et ouvrages est en cours de finamlisation et les obligations des propriétaires et gestionnaires se précisent. les échéances sont proches.

 decret_classement_digues_barrages_11_12_07-2-ABCD.jpg

Clic sur l'image pour l'agrandir et plus de confort à la lecture.

Les délais de mise en oeuvre des préconisations en termes d'éttudes et de consiugnes d'entretien et de surveillance repris par le décret 2007-1735 du 11 décembre 2007 relatif à la sécurité des ouvrages hydrauliques et ses textes d'application sont les suivants.
  Classedesdigues-020.jpg         
         
stvaast-030
La commune de Saint Vaast la Hougue est particulièrement concernée par la présence des digues visibles sur cette photo, digues allant de la Chapelle des Marins à La Hougue.
maree102-130-0432010
            La situation de Barfleur, qui a déjà connu des inondations par le passé, n'est pas exempte de contraintes. 
  barfleur-060       
  L'étude de dangers, fort complexe et oénéreuse inquiète les responsables.       
 digues-sud-200
         
 Gatteville-29102011-100
 
reville-bando-defense-h117.gif
  La défense contre la mer à Réville. 
A suivre .... Le décret du 11 décembre 2007 

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Côtes du Val de saire

 

  A propos  de la protection contre la mer,

des digues,

et des risques de submersion 

        2012-1610-StVRev-0527
        La digue de Saint-Vaast à Réville 
Ouest-France-2013711-020

Mes publications précédentes sur le sujet.

 

Après le 12 mars 2013

 

 http://0z.fr/x3PTR

 

 Octobre 2012 Digue Saint Vaast

 

Digue Saint-Vaast à Réville

 

  J'ai déjà eu l'occasion de m'intéresser aux digues qui rotègent l'arrière pays du littoral.

L'article paru dans OUEST-FRANCE, édition de jeudi 7 novembre m'incite à revenir sur le sujet  Je crois aujourd'hui que ce ne sera pas un grand thème de la campagne éléctorale dans les communes du Val de Saire, mais les futurs élus devraient intégrer ce thème, car la protection contre la mer pourrait bien devenir un très grand souci dans le prochain mandat, notamment pour les candidats aux communautés de communes.              

  digues-bar-100
Dans mes précédentes publications je prenais le cas des digues de Saint-Vaast et citais Leterrier et son ouvrage conscaré à Saint Vaast. Pour être complet, je donne la possibilité de lire l'intégralité du chapître consacré aux digues (un clic sur l'image pour l'agrandir). Puis je montre les pages équivalentes de l'ouvrage de Leroux, qui détaille davantage cet historique et fait référence à des documents officiels. (clic sur image pour agrandir)
       
               Leterrier-p1ap3-020
 
 Leroux-1-2-010.jpg
           
 
Leroux-3-4-010.jpg  Leroux-5&6-010
  Leroux-7-010  
       
          digues-sud-250
  Des digues ont été construites pour protéger des terres, des habitations de submersions marines. Elles sont gérées par des ASA, associations syndicales qui peuvent prélever "des taxes" et sont soumises aux mêmes règles administratives et comptables que les communes. les adhérents sont des propriétaires de terrains ou des communes. Elles assurent un entretien courant. Le cas de Barfleur est un peu différent, la municipalité ayant repris à son compte la défense contre la mer en supprimantune ASA et en votant une augmentation des taux des taxes municipales pour financer cette prise de compétence.       

Suite, à des accidents, et des intempéries telles que Xynthia des règles ont été établies, créant des obligations pour les "titulaires" des digues. Les exigences varient selon la classification. (Voir les tableaux ci-dessous.). Nous sommes déjà en présence d'une difficulté sémantique.

Quel sens fau-t-il donner à titulaire ? est-ce propriétaire,(existe-t-il des titres de propriété  ?) gestionnaire ... ?

decret classement digues barrages 11 12 07-2-ABCD
 Classedesdigues-020
 La définition des obligations, diagnostics et études de dangers ont des conséquences : les délais n'ont pas été respectés, faute de finances suffisantes. Les compagnies d'assurances n'étant pas en possession des documents, elles refusent de renouveler les contarts. D'ici la fin de l'année ou au début de la prochaine année, des présidents  d'ASA  de la Manche vont donner leur démission.
  culloup-moulin.gif

  Le financement des ASA posé, précisons que les contribuitions se font sur la base du non-bâti et sont basses par rapport aux sommes à engager. Les collectivités territoriales ont tendance à se dégager de cette compétence qui n'est pas obligatoire pour elles. L'Etat fait de même.

 Au bout du tunnel, ne subsiste plus que les communes et les communautés de communes. La compétence pourrait être inscrite parmi les compétences obligatoires des Communutés de Communes. Voilà pourquoi je dis, que les futurs candidats maires et conseillers municipaux feraient bien d'intégrer cette notion. Certes en déplaçant la compétence vers ces EPCI, l'assiette pour le calcul des cotisations va croître, mais cela ne donne pas plus de recettes si ce n'est en augmentant de manière très significative les contributions locales. 

110-vuehautour.jpg
  Au final, des choix s'imposeront, bien entendu priorité sera donnée aux zones urbanisées. Mais déjà on parle de zones de repli, que dira-t-on, que fera-t-on quand aux désordres climatiques connus aujourdhui, s'ajouteront les conséquences du réchauffement climatique, si montée des eaux il y a, ce n'est pas dans cinquante ans qu'il faudra prendre les mesures qui s'imposent. Je ne veux pas donner raison aux intégristes de loi littorale - elle demeure une mauvaise loi-, mais certains permis de construire n'auraient-ils pas été donnés à la légère. Des maires actuellement protestent car les documents d'urbanisme sont bloqués, auront-ils les moyens d'assurer la protection des habitations qu'ils accepteraient ?       
 
morsalines-300
 
  Voilà mes premières remarques sur le sujet, revenez ici, j'aurai très vite je pense d'autres thèmes de réflexion à soumettre. 
ptsaire-jonv-170
 
 

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Côtes du Val de saire
  Des digues de Xynthia à Ulla Qui doit entretenir ?
2014-1407-0705

  J'ai déjà abordé le sujet au mois de novembre 2013 et à d'autres dates, vous retrouverez ces articles en suivant ce lien.

La météo depuis deux mois fait que les dépressions se succèdent avec plus ou moins de force. La direction courante située au sud, d'une manière toute relative, n'est pas trop handicapante, les nombreux navires qui viennent se mettre à l'abri en sont un témoignage. Quand comme ce matin, 14/02, on voit les vagues jeter par dessus la digue qui mène à la Hougue, on doit s'interroger sur la sécurité des digues.

 2014-1407-0668
  Ces digues à qui appartiennent-elles ? elles sont construites sur le domaine maritime public. Elles sont gérées le lus souvent pour leur entretien par des ASA, associations syndicales avec une gestion semblable aux collectivités. Les adhérents sont des propriétaires ou des communes. Leur rôle consiste en l'entetien courant, tels que les rejointements. Mais en cas de grosses tempête avec d'importants dégâts qui doit intervenir et avec quels moyens ? En cas de submersion, d'inondations qui est responsable ? De toute évidence la responsabilité du président de l'ASA comme celle du maire de la commune est engagée. Que peuvent vraiment prévoir et faire unmaire ou un président face à une tempête centenaire ? Pour entretenir les digues les moyens financiers à dégager sont énormes et ce ne sont pas les contributions des propriétaires membres des ASA ou les budgets des communes, fussent-elles Saint Vaast la Hougue, qui peuvent y suffir. Alors qui ?       
 2014-1407-0705A 
  La loi du 27 janvier 2014 apporte une réponse, les groupements de communes, donc les dommunautés de communes auront à définir cette compétence. Jusqu'où iront-elles et avec quelles fonancements ? Voir ci-dessous
2014-1407-40696
  Que ce soient les communes seules ou leurs regroupements le problème demeure le même, on élargit l'assiette et c'est tout. Si je lis bie,,n les professions de foi des candidats aux municipales, "nous n'augmenterons pas les impôts", moi je traduis les communes verront leur capacités financières baisser pour la défense contre la mer, la protection contre les inondations et les schémas directeurs du pluvial.
 
 

Art. L. 213-12. − I. – Un établissement public territorial de bassin est un groupement de collectivités

territoriales constitué en application des articles L. 5711-1 à L. 5721-9 du code général des collectivités territoriales en vue de faciliter, à l’échelle d’un bassin ou d’un groupement de sous-bassins hydrographiques, la prévention des inondations et la défense contre la mer, la gestion équilibrée de la ressource en eau, ainsi que la préservation et la gestion des zones humides et de contribuer, s’il y a lieu, à l’élaboration et au suivi du schéma d’aménagement et de gestion des eaux.

« Il assure la cohérence de l’activité de maîtrise d’ouvrage des établissements publics d’aménagement et de gestion de l’eau. Son action s’inscrit dans les principes de solidarité territoriale, notamment envers les zones d’expansion des crues, qui fondent la gestion des risques d’inondation.

« Le deuxième alinéa de l’article L. 5212-20 du code général des collectivités territoriales n’est pas

applicable aux établissements publics territoriaux de bassin.

       
 
Voir le texte complet de la loi, pages 58 à 60, format .pdf
 

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #communes-Collectivités, #Côtes du Val de saire
Protection contre la mer et les inondations : GEMAPI

Une polémique est en train de naître par quotidiens interposés. à propos de la défense contre la mer, les risques littoraux.  

Qui doit assurer cette protection ?

     - l'Etat
     - Les communes
     - L'intercommunalité, c'est à dire ici la Communauté d'agglomération Le Cotentin

Quelles finances ?

Protection contre la mer et les inondations : GEMAPI

La loi a instauré GEMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) et prévoit la possibilité de créer une taxe particulière de 40€ maximum par habitant pour permettre des actions, la compétence étant attribuée aux intercommunalités donc à la communauté d'agglomération.

LA LOI MAPTAM du 27 janvier 2014 : loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles

La compétence GEMAPI est définie par les 4 alinéas suivants de l’article L.211-7 du code de l’environnement :

  • (1°) L'aménagement d'un bassin ou d'une fraction de bassin hydrographique ;
  • (2°) L'entretien et l'aménagement d'un cours d'eau, canal, lac ou plan d'eau, y compris les accès à ce cours d'eau, à ce canal, à ce lac ou à ce plan d'eau ;
  • (5°) La défense contre les inondations et contre la mer ;
  • (8°) La protection et la restauration des sites, des écosystèmes aquatiques et des zones humides ainsi que des formations boisées riveraines.

Cette compétence obligatoire est affectée aux communes au plus tard le 1er janvier 2018. Les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre (EPCI FP) – communautés de communes, communautés d’agglomération, communautés urbaines ou métropoles – exercent cette compétence en lieu et place de leurs communes membres.

Les communes ou les EPCI FP qui exercent la compétence GEMAPI peuvent instituer une taxe facultative plafonnée à 40€ par habitant et par an dont le produit est affecté à un budget annexe spécial. Le produit de la taxe est réparti entre les assujettis aux taxes foncières sur les propriétés bâties et non bâties, à la taxe d’habitation et à la cotisation foncière des entreprises. Il est au plus égal au montant annuel prévisionnel des charges de fonctionnement et d’investissement résultant de l’exercice de la compétence GEMAPI.

source : http://www.rhone-mediterranee.eaufrance.fr/gestion/locale/gemapi/loi-decrets.php

 

 

Protection contre la mer et les inondations : GEMAPI

Depuis quelques années j'ai posé le problème à travers plusieurs publications, je vous invite à suivre le lien en fin de post pour revoir différents aspects de la protection contre la mer dont les aspects législatifs et réglementaires.

A suivre bien évidemment car la communauté d'agglomération ne pourra pas échapper à la prise de compétence obligatoire dans trois mois avec les conséquences financières qui l'accompagnent, les actions liées à cette protection et cette gestion des eaux représentant des sommes énormes (je vais devoir replonger dans mes anciens dossiers) et des responsabilités très grandes pour ceux qui ont en charge d'appliquer ce fameux GEMAPI.

Protection contre la mer et les inondations : GEMAPI

Pour ceux qui veulent tout savoir sur la polémique, les articles en question.

Toutefois je précise que le fond est plus important que la forme, la vraie question demeure qui va mettre la loi en application ou mieux comment mettre en application la loi.

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Côtes du Val de saire, #Saint Vaast la Hougue, #Quettehou-Morsalines, #Réville

Val de Saire : Aléas et risques littoraux

Faut-il protéger tout le linéaire de la côte ?

Val de Saire : Aléas et risques littoraux

Les dernières grandes marées ont attiré beaucoup de monde sur le littoral. Les effets du vent conjugués à des marées de coefficients supérieurs à 110 ont offert une spectacle que beaucoup ont gravé avec leurs APN, tablettes et autres smartphones au risque quelquefois de prendre une bonne douche froide.

Je fais partie de ceux la. Mais ...

Val de Saire : Aléas et risques littoraux

Mais j'ai ici à de nombreuses reprises évoquait la défense contre la mer, la protection des digues et l'évolution du trait de côte.

Dans un premier temps je m'étonne que lors de la campagne pour les élections départementales le sujet n'ait pas été abordé de façon substantielle. Inutile de se cacher derrière son petit doigt, le littoral, les risques de submersion marine vont devoir être pris en compte et cela va coûter très cher. Les habitants riverains réclament de plus en plus de sécurité et de protection aux collectivités même s'ils n'ont pas construit de façon raisonnable- je sais avec l'autorisation des communes et des services instructeurs. J'en profite pour rappeler que l'instruction des permis de construire va de plus en plus revenir aux communes ou  aux communautés de communes, donc   leur responsabilité va être accrue et nécessiter des services administratifs adaptés.

Val de Saire : Aléas et risques littoraux

L'Etat s'est mis au travail ( et "ouvre le parapluie") et pour trois communes du Val de Saire définit un "Plan de Prévention des Risques Littoraux -PPRL-). Il s'agit de Saint-Vaast la Hougue, Quettehou et Réville. Une première réunion d'information-concertation a eu lieu au début du mois, une seconde se tiendra avant l'été précédant une enquête publique. Un arrêté préfectoral concluera ce PPRL. Les préconisations s'appliqueront aux PLU, autorisations de construire ...

 

Pour plus d'infos, consulter le site de la préfecture de la Manche

Val de Saire : Aléas et risques littoraux

Si l'Etat s'intéresse plus particulièrement à trois communes du Val de Saire en réalité, la gestion des milieux aquatiques et les risques d'inondations et de submersion revenant aux communautés de communes, elles sont toutes concernées même si les communes littorales le sont davantage.

Alors la question que je me pose faut-il protéger le littoral sur sa totalité (les 350 km de côte du département de la Manche ? Et je suis un peu effaré quand j'entends comme solution miracle facile, "il suffit de mettre des enrochements". Faut-il se limiter à la protection des zones habitées?

Val de Saire : Aléas et risques littoraux
Val de Saire : Aléas et risques littoraux

Les risques de submersion marine existent sur Saint Vaast et selon mes informations pour mise sécurité des digues, le coût estimé sommairement fait état de plus de deux millions d'euros.

Qui paiera ?

Val de Saire : Aléas et risques littoraux
Val de Saire : Aléas et risques littoraux
Val de Saire : Aléas et risques littoraux

A suivre ........

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog