Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

valcanville-canteloup

De la mécanisation, 'Jouenne et fils" ouvre les portes

Publié le par Ph L

De la mécanisation,

'Jouenne et fils" ouvre les portes

De la mécanisation, 'Jouenne et fils" ouvre les portes

Prévenu tardivement d'une "portes ouvertes" dans une entreprise de Valcanville, de machines agricoles, j'ai tenu, même après l'heure de fermeture annoncée, à y faire un passage. (Société Jouenne et fils) 

Présentation de tracteurs de 80 à 260 chevaux, mais pour moi, même brièvement, un échange fort riche et intéressant sur la diminution du nombre des exploitations et par conséquent de l'augmentation des surfaces de celles qui perdurent et comment elles peuvent  être "rentables"....

De la mécanisation, 'Jouenne et fils" ouvre les portes

Voir les commentaires

Palmier trachycarpus en fleurs

Publié le par Ph L

Palmier trachycarpus en fleurs

Palmier trachycarpus en fleurs

J'entends les puristes, "ce n'est pas une essence locale".

pourtant ce palmier asuure une présence fournie dans les jardins. Si sa pousse est lente les premières années, elle peut s'accélérer rapidement.

cet arbre est particulièrement adapté à la région et il résiste fort bien aux périodes de gel quand il s'en présente.

Actuellement les "fleurs", "inflorescences" (j'ignore le terme botanique exact) se développent et les ruits, les graines devraient suivre assurant ainsi la descendance de ce végétal.

Palmier trachycarpus en fleurs
Palmier trachycarpus en fleurs

Voir les commentaires

Canteloup : l'église

Publié le par Ph L

Canteloup : l'église

Canteloup : l'église

L'église de Canteloup sous le vocable de saint Martin n'a plus l'aspect de ses origines.

Cette église remonte au XIIème siècle. D'importants travaux de restauration furent entrepris à partir de 1869.

Canteloup : l'église

"Le clocher qui à l'origine se trouvait au milieu de l'édifice se trouve maintenant à l'ouest. de style ogival à sa base, il comporte des fenêtres à meneaux à la hauteur des cloches avec des abat-son en pierre bleue. Il se termine par un toit à bâtière très typique du Cotentin, uniquement en maçonnerie sans la moinndre charpente."

Canteloup : l'église

 en 1869. La nef qui mesurait 10,50m et qui selonle conseil municipal, donnait des inquiétudes et même menaçait la vie des personnes, fut rasée; il n'en reste que le portail roman qui fut utilisé au bas du clocher. Ainsi le choeur devint la nef puis une grande arcade fut ouverte dans le chevet et un nouveau choeur construit à la suite. la fenêtre du chevet représentant saint Martin et saint Jean-Baptiste provient de l'ancien choeur...

Canteloup : l'église

La chapelle de la Vierge fut ajoutée fin du XIXème siècle. L'autel provient de l'ancienne chapelle saint Hubert qui se situait en bas du choeur à gauche.

Canteloup : l'église

Sous le clocher une belle crédence, une vierge à l'Enfant et la cuve baptismale d'époque médievale.

Le texte est emprunté à la documentation,  "Notes pour visiter l'église de canteloup" à disposition des visiteurs.

 

Suite à une rencontre entre randonneurs (je n'étais qu'accompagnateur) j'ai revisité cette église.

Voir les commentaires

Val de Saire : les orchidées fleurissent

Publié le par Ph L

Val de Saire : les orchidées fleurissent

Val de Saire : les orchidées fleurissent

Les haies révèlent de nombreuses fleurs, parmi elles, les orchidées

Val de Saire : les orchidées fleurissent

Voir les commentaires

Tronville et Gilles de Gouberville

Publié le par Ph L

Une vue du village de Tronville (Valcanville)

Une vue du village de Tronville (Valcanville)

extrait d'un tweet du 07/04/2015 

 

Gilles d Gouberville @gouberville •

"7 avr 1557 Le mercredi VIIe, viron mydi, je party de céans, Cantepye, Symonnet et Lajoye avecques moy, et allé au marché de Sct-Pierre pour parler à Tronville, que je y trouvé, et me monstra unes missives de mon filleul de Raffoville touchant les vins"

 

Si Gilles de Gouberville quitte à midi Mesnil au Val pour se rendre au marché de Saint Pierre Eglise, ce marché se prolongeait l'après midi.

Un rappel, le marché de Saint Pierre a été autorisé en 1517

A propos de Tronville

Gilles de Gouberville rencontre "Tronville", on peut supposer qu'il s'agit d'un gentilhomme qui possède un domaine dans la région. Précisment il existe encore un hameau de Valcanville qui borde Sainte-Geneviève, qui se nomme "Tronville". Ce hamaeu peut être considéré comme "le domaine de Trudon" (voir plus loin)

 

Site Geneanet

~~Nom porté en Lorraine (55, 54). Désigne celui qui est originaire de la commune de Tronville : on a le choix, dans la région, entre Tronville-en-Barrois (55) et Tronville (54).

Sens du toponyme : le domaine de Trudon (nom de personne germanique, plus connu sous la forme Trond, Tron). En savoir plus sur http://www.geneanet.org/genealogie/fr/tronville.html#ozIeumcZuvA76OsY.99

 

~~ Lieux d'origine des Tronville : Meuse (France) | Paris (France) | Somme (France) | Calvados (France) | Meurthe et Moselle (France) | Manche (France) En savoir plus sur http://www.geneanet.org/genealogie/fr/tronville.html#ozIeumcZuvA76OsY.99

le lavoir de Tronville (Valcanvlle)

le lavoir de Tronville (Valcanvlle)

Tronville en Barrois (Meuse)

"On trouve aussi dans la géographie de Mrs Pierson et Loiseau ce qui suit : "la terre de Tronville a été possédée autrefois par une maison noble et du même nom, éteinte depuis longtemps. Un de ces seigneurs, Marguerite de tronville, rendit foi et hommage au comte de Bar en 1333 et reconnut devoir la garde du château de son seigneur le 1/4 de trois semaines. "

Site de la mairie de Tronville en Barrois

Le village de Tronville (Valcanville)

Le village de Tronville (Valcanville)

Dans le Val de Saire je ne connais pas de personnes portant le nom de Tronville.

Les pages blanches ne recensent pas de Tronville dans la Manche (Signalement à Cherbourg encore début du XXème siècle).

Les pages blanches, toujours, mentionnent trois personnes du nom de Tronville dans le Calvados.Ces trois adresses peuvent représenter huit personnes.

Voir les commentaires

Anneville-en-Saire renoue avec le théâtre

Publié le par Ph L

Anneville-en-Saire renoue avec le théâtre

Anneville-en-Saire renoue avec le théâtre

Dans le Val de saire il existait une passion forte pour le théâtre amateur. Des salles possèdent  encore leur scène aménagée. A Brillevast, Le Vast des troupes existent toujours et se produisent avec succès, contraintes aux prolongations pour satisfaire le public.

Anneville-en-Saire renoue avec le théâtre

Samedi dernier 31, la salle d'Anneville en Saire a retrouvé l'ambiance qui a fait résonner tant de fois la salle communale. Mais, le spectacle était produit par la troupe 'Les Pot'iront" venus de Sauxemesnil, présenter "Il court, il court le muret" dans le cadre d'une soirée organiséeé au profit de "l'Association pour la sauvegarde du patrimoine de Valcanville", pour la restauration du clocher de l'église.

Anneville-en-Saire renoue avec le théâtre

Pièce écrite par Any DAPREY, pour 5 femmes et deux hommes.

Voir les commentaires

Instituteur à Valcanville, Paul Le Goupil, résistant, déporté.

Publié le par Ph L

Libération du Camp d'Auschwitz. janvier 1945

je fais remonter un post dédié à Paul Le Goupil, mon instit du CE1 au CFE (classe unique oblige). Paul Le Goupil a été déporté en 1943 à Auschwitz puis transféré à Buchenwald.

Instituteur à Valcanville, Paul Le Goupil, résistant, déporté,  

Paulo-040   Paulo-100
  Nombreux sont les Valcanvuillais à connaître Paul Le Goupil. Il habite cette commune depuis 1950, date à laquelle il y a été nommé instituteur. Depuis il ne l'a plus quittée. Il a aussi exercé les fonctions de secrétaire de mairie.

  Paul Le Goupil a été résistant, arrêté le 13 avril 1943 il sera déporté à Auschwitz.

Ces faits sont l'objet de récits dans des ouvrages dont le premier "La route des crématoires" aux éditions "L'Amitié par le Livre". Il continue à faire des recherches sur la résistance et la déportation.

Paulo-030 Paulo-020

Mémorial pour la Paix Caen~

"COMMUNIQUER POUR RESISTER"

: PAUL LE GOUPIL ET LUCIEN LEVILLAIN Dans le cadre du Concours national de la Résistance, le Mémorial de Caen a accueilli deux Résistants venus rencontrer plus de 300 élèves bas-normands.

Lucien LEVILLAIN est né le 2 juillet 1923. Quand la guerre commence, il vit à Trouville et travaille à Deauville. Au printemps 1942, il adhère au Front patriotique de la Jeunesse (FPJ), branche jeunesse du Front national, proche du PCF ; il distribue des tracts et intimide des collabos, jusqu’à l’arrestation le 5 juin 1943 de "Monique" (Micheline Jalabert), l’agent de la Résistance qui fait la liaison avec Caen. Peu après, il entre dans le réseau SOE « Jean-Marie / Donkeyman ». Arrêté le 10 septembre 1943 par la police française et deux agents de la Gestapo, il est conduit au siège de la Gestapo à Caen pour y être interrogé. Il est emprisonné à la maison d’arrêt de Caen, du 13 septembre 1943 au 23 janvier 1944. Avec 18 camarades de son réseau, il est transféré au camp de Compiègne-Royallieu. Le 27 janvier 1944, il est déporté au camp de concentration de Buchenwald, puis transféré, le 18 février 1944, au camp de Schönebeck-sur-Elbe, dans le Kommando du KLB. Lors de l’évacuation du camp, il s’évade. Après un rapatriement chaotique, il rentre chez lui le 25 mai 1945.

Paul LE GOUPIL est né le 12 décembre 1922. Son père est policier à Rouen. Lui fait des études à l’Ecole normale d’instituteur de Rouen. Il entre dans la Résistance en novembre 1942, comme militant de base du Front national de lutte pour la libération de la France. En août 1943, réfractaire au STO, il réorganise le « Front patriotique de la Jeunesse » (FPJ) de Duclair, puis est nommé responsable départemental. Arrêté sur dénonciation le 13 octobre 1943 à Montville, il est torturé et mis au secret pendant six mois à la prison Bonne-Nouvelle de Rouen. Il est transféré le 12 avril 1944 au camp de Compiègne puis déporté le 27 avril 1944 au camp d’Auschwitz-Birkenau, dans le convoi dit des « tatoués ». Il est ensuite redirigé vers Buchenwald, où il arrive le 14 mai 1944, puis transféré le 22 février 1945 à Langenstein dans le l’un des pires Kommandos de Buchenwald. A la libération du camp, il s’évade pendant la « Marche de la mort ». Il est rapatrié le 28 mai 1945. Auteur de La route des crématoires (1962), Itinéraire dune guerre, 1939-1945 (éditions Tirésias, 1991), Mémorial des Français déportés au camp de Langenstein-Zwieberge, Kommando de Buchenwald (1998) et Mémorial des Français non-Juifs déportés à Auschwitz, Birkenau et Monowitz (1999).

Voir les commentaires

Le calme des caches

Publié le par Ph L

Le calme des caches

Le calme des caches

A l'intention de celles qui ont connu, connaissent et connaîtront "des nuits très agitées" (suivez mon regard du côté de Barfleur) en raison d'un vent de Nord-Nord/Est violent avec interruptions de courant électrique, je recommande une sortie dans les caches hors du bord de mer.

Le calme des caches

Le soleil d'hiver et les couleurs froides de saison éveillent les sens et contribuent à créer ces impressions de calme.

Le calme des caches
Le calme des caches
Le calme des caches
Le calme des caches
Le calme des caches
Le calme des caches
Vue sur le village de Valcanville depuis "la lande"

Vue sur le village de Valcanville depuis "la lande"

Le calme des caches

Voir les commentaires

Un pont sur la saire

Publié le par Ph L

Un pont sur la saire

Un pont sur la saire

Voir les commentaires

Valcanville, 25 septembre : la Saint Firmin

Publié le par Ph L

Valcanville, 25 septembre : la Saint Firmin

Valcanville, 25 septembre : la Saint Firmin

Jusqu'en 1972, la foire saint Firmin, animait chaque 25 septembre la commune de valcanville.

Voir le tableau montrant la fréquentation de cette foire.

Valcanville, 25 septembre : la Saint Firmin
Valcanville, 25 septembre : la Saint Firmin

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>