Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

valcanville-canteloup

Valcanville, la classe unique de l'école de garçons (1949/1950).

Publié le par Ph L

Ecole, la classe unique de l'école de garçons.

ecole-4950-021
Photo de classe des élèves de la classe unique de l'école de garçons de Valcanville(année 1949-1950). Instituteur M. Paul Abriol

J'étais le plus jeune, mais non pas le plus petit. (au premier rang, le troisième en partant de la gauche). En campagne il n'existait pas de classe maternelle.
La classe unique, accueillait des élèves de 5 ans (CP) à 14 ans.(CFE). Les plus grands servaient de "moniteurs" pour les plus jeunes, notamment en matière de lecture.
L'écriture se faisait avec des plumes, les fameuses plumes "Sergent-Major". Les plus grands, toujours eux, avaient le privilège de remplir les encriers, et de préparer l'encre et aussi d'entretenir le feu dans le poële "Godin".



 cahier-110.jpg  cahier-090
 cahier-020  cahier-010.jpg
 cahier-060.jpg  cahier-070.jpg
 Philippe ci-dessus, cahier de CM  Jean-Claude ci-dessous, cahier CE
cahier-030.jpg cahier-040.jpg
cahier-100  cahier-050.jpg
ecole-1938-010.jpg
Si cette photo date de 1938, elle représente bien la classe telle que je l'ai découverte en 1949.

Voir les commentaires

Valcanville, la classe unique de l'école de filles (1949-1950)

Publié le par Ph L

Valcanville, la classe unique de l'école de filles (1949-1950)

ecole-4950f-010.jpg
Institutrice : Thérèse Lemonnier
Comme je présenterai les élèves de la classe unique de garçons de Valcanville (année scolaire 1949-1950) voici les élèves de la classe unique de l'école des filles de Valcanville.

Valcanville se divise en au moins trois villages, dont deux sont éloignés du village où étaient situées les écoles (2 à 3 kilomètres, voire plus). Les enfants venaient à pied et les plus éloignés ne repartaient pas chez eux à l'interclasse de midi. Certaines (chouette) prenaient leur repas dans ma famille, notre maison était voisine de l'école des filles.
Les autres restaient dans l'école, ils apportaient leur "gamelle". La municipalité offrait chaque midi une "soupe normande" bien épaisse. Deux garçons venaient à l'école des filles (distante de quelques centaines de mètres de l'école des garçons) avec une petite remorque chercher la gamelle de la soupe fumante.

Voir les commentaires

Canteloup : l'église

Publié le par Ph L

Canteloup : l'église

 Eglise Saint Martin  Rénovée en 1870, la nef fut abbattue , il n'en reste que le portail qui fut utilisé au bas de la tour.
 



Les fonds baptismaux  

Voir les commentaires

Canteloup : situation générale

Publié le par Ph L

Canteloup : situation générale

 
Canton : Saint Pierre Eglise
Arrondissement : Cherbourg
Habitants : 173
Superficie : 428 hectares
Altitude : 55 à 124 mètres
Code INSEE : 50096
Code postal : 50330

coordonnées : 49°38'47" Nord,
                          1°21'03" Ouest
  Canteloup, comme Canteleu (76) signifie "le lieu où chante (où hurle) le loup.
Cante est la forme dialectale de chante. Leu est la forme ancienne de loup.

null

Voir les commentaires

Valcanville : éléments de toponymie

Publié le par Ph L

Eléments de toponymie valcanvillaise



null

 

Eléments de toponymie valcanvillaise

 

Première partie : traces scandinaves

 

1) Formations en -ville

 

On trouve tout d’abord trois termes en – ville, formations très répandues dans le Cotentin, datant de la fin du 1er millénaire. Ville vient du mot latin « villa » (domaine).

 null

Valcanville 

Valecanvilla (sans date - XIIème siècle) 1  

Walecanvilla (vers 1213) 2         

Walequanville  (1231) 3

Walecanville (1307) 4    

Wallequanville (1474) 5 

Le premier élément de ce nom en –ville est un nom de personne, de sens incertain, jadis attesté dans le Cotentin. Ainsi Robertus Wallecan 1232 6 le chemin Vallecan à Anneville en Saire 1370 7. Valcanville signifie « le domaine de Walcan ».           

Le patronyme Wallecan est encore attesté de nos jours çà et là en France et en Belgique. 8

 null

Tronville

Tronville (1189) 3


La première partie de ce mot est également un nom de personne scandinave (Trondr), que l’on retrouve dans la ville de Trondheim, en Norvège. Tronville est donc « le domaine de Trondr ».

 


Doncanville

Duncanville (XIIème  siècle) 9

Formation à partir d’un anthroponyme anglo-scandinave « Duncan », qui fut le nom de deux rois d’Ecosse au 11ème siècle 10. Doncanville se traduit par « domaine de Duncan ».

 null


On peut déduire de ce qui précède qu’à la fin du premier millénaire, trois villages existaient sur le territoire actuel de la commune, un étant un site d’oppidum
11 (Tronville) et deux des sites de pont sur la Saire (village de l’église et rue Doncanville). 

 

2) Autres termes vikings

  null

 Un pont ancien à la Haule


La Haule (ou la Haulle)

Provient de hallr (pente, déclivité). A cet endroit, la pente qui descend de Pépinvast est assez marquée, bien plus qu’au niveau du village de l’église.

Les Londes

Ce nom n’est pas à confondre avec Lande, d’origine celtique. Londe provient du terme scandinave « lundr », signifiant forêt, bois.


 

Chasse des Heugues

Ce toponyme est issu du terme « haugr » désignant une hauteur, que l’on retrouve dans toute l’Europe du nord-ouest (Copenhague, La Hague, St Vaast la Hougue, La Haye – DenHaag en néerlandais). C’est effectivement un des points les plus hauts de la commune 

 

3) Significations non assurées

 null

La Saire au lieu dit le Houx

Le Houx

Deux hypothèses sont envisageables

* Holm (îlot), ayant évolué en « Hou » en Normandie et que l’on retrouve dans Quettehou  ou Stockholm. Ce pourrait être une île entre deux bras de la Saire.

* Holt (petit bois), mais ce terme est très rare.

 null

Fontaine saint Firmin à Yvedale

Yvedale

La deuxième partie du mot vient de l’étymon « dalr » signifiant vallée (cf l’allemand Tal)

La première partie est plus incertaine. Il peut s’agir :

* de « iwe » eau, d’où « la vallée de l’eau » – comprendre la source  

* d’un nom de personne « Ivarr », d’où « la vallée d’Ivarr »


null 

Un ancien lavoir à Yvedale

Etienne Caude

Trois hypothèses peuvent être avancées

1) Un anthroponyme moderne, mais le nom de famille Caude est inconnu dans le Val de Saire.

2) une formation scandinave dont la deuxième partie pourrait correspondre au terme « kaldr » (froid – cf l’allemand kalt), mais dans une langue germanique, l’adjectif se trouve en première position.

3) une formation latine dont la deuxième partie viendrait de « calidus » (chaud) 

Seule une forme ancienne de ce nom de lieu pourrait éclairer l’origine du toponyme.

Texte Pierre-Yves JOLIVET pour le bulletin municipal de Valcanville

 

 

notes

1              Cartulaire de Montebourg, folio 112

2              Archives nationales manuscrit 894, I, 37

3              Notes Hulmel (archives départementales de la Manche – série J)

4              Notes Delisle

5              Archives nationales S 5028

6              Anciennes archives de la Manche H 3436

7              Anciennes archives de la Manche H 2331

8              (Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche  François de

                Beaurepaire 1986, p. 228)

9              Cartulaire de Montebourg

10            Cf « Macbeth » de William Shakespeare

11            Habitat sur une hauteur, souvent fortifié

 

Bibliographie : « Les vikings et la Normandie » aux éditions Ouest France.

La Saire à la Haule  Un chemin vers Yvedale

Voir les commentaires

Valcanville : Foire Saint Firmin

Publié le par Ph L

Valcanville : Foire Saint Firmin

 

25 septembre

 

 

Pour nous gosses, la Saint Firmin c'était la fête, cela commencait très tôt le matin par l'observation du défilé des animaux qui venaient à pied des communes voisines. Après la messe pendant laquelle on chantait les louanges de saint Firmin, venu de Pampelune, l'attraction bien évidemment consistait en un tour de foire, écouter les déballeurs, tout particulièrement Chutaux, "je vous mets, 1, 2,3 ,4 5, 6 mètres de cordes puis encore une brassée pour le jour de la foire". Pour les enfants le stand de Mesnildrey était très fréquenté pour aller acheter les pistolets à bouchon ou à amorce (drôle d'idée). et enfin le fin du fin le midi parents et amis étaient présents pour déguster le mouton grillé et comble du bonheur avec du melon en dessert.
C'était le siècle dernier. la foire a complètement cessé début des années 1970.


Tableau montrant l'évolution et l'importance de cette foire entre 1948 et 1968

Evolution des tarifs entre 1941 et 1951
null

Voir les commentaires

Valcanville (2): Tronville, Rue Doncanville ....

Publié le par Ph L

Valcanville (2)

La commune comme le montre la carte publiée hier est divisée en plusieurs villages d'importance plus ou moins grande.. la visite en quelques images.

le village de l'église



Rue Gallien



Tronville



Rue Doncanville

   La rue Doncanville (origine = le domaine de Duncan), représente la partie la plus active économiquement avec la présence d'un atelier de constructions agricoles, d'artisans( peintre, menuisier, maçon) et d'une éopicerie bar.

Le marais

   



Voir les commentaires

Valcanville (1) : situation générale

Publié le par Ph L

Valcanville (1) : présentation générale

Département : Manche
canton : Quettehou
Arrondissement : Cherbourg


Code INSEE : 50613
Code postal : 50760



Habitants : 362
Superficie : 645 hectares

Altitude mini : 8m, maxi : 86m
Situation : 49°38'40" Nord
 01°19'41" Ouest

Valcanville : le domaine de Walkan (origine scandinave)

Trois villages   et d'autres : Village de l'église, village de Tronville, rue Doncanville, la Planque, les moulins de l'Hopital, le Marais ....




 

carte de la commune d'après gbconsult



 Histoire : Commanderie des Templiers puis des Hospitaliers  




La commune est traversée par la Saire d'ouest en est. La saire constitue souvent la frontière naturelle avec les communes d'Anneville en saire et le Vicel

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9