Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crépidula Fornicata et patelle

Publié le par Ph L

Des coquillages abondants peu consommés 

 La crépidule : Crépidula Fornicata
 Embranchement Mollusques
Classe gasteropodes
Ordre  
Mesogasteropodes
 Famille Calyptreides

 

Coquillage ovale de couleur rose originaire des Etats Unis. On la trouve toujours en groupe, les coquillages étant llés les uns aux autres.
Photo :des crépidules fixées sur des bulots.


Les crépidules sont d'abord libres et de sexe mâle. Elles produisent alors des spermatozoïdes. Au bout de quelque temps, elles se posent sur une femelle déjà fixée. Après un stade hermaphrodite, elles deviennent femelles, ne produisant plus que des oeufs. Il se forme ainsi une pile de crépidules : celles qui sont en bas sont femelles, celles qui sont en haut sont mâles. La fécondation d'une femelle ne se fait pas par un mâle de la même chaîne, mais par une crépidule encore libre. Son apparition en Europe remonte à 1872. En france elle est apparue après le Débarquement Une seconde vague de colonisation correspond à des introductions involontaires avec l'huitre japonaise Crassostrea gigas implantée en europe à partir du japon et de la Colombie Britannique pour remplacer l'huitre portugaise Crassostrea angulata décimée au début des années 70.
 Cette espèce entre en concurrence avec les bivalves filtreurs comme les huitres, les moules, les coques. La biomasse étant supposée constante dans les bassins ostréicoles les questions se posent sur cette prolifération sachant que la crépidule n'a pas de prédateur connu. Le bar et la limande, la dorade royale l'apprécieraient. Par ailleurs on remarque que les accumulations constituent une "protection " une défense contre la houle en bordure de côte


Ce mollusque peu consommé intéresse de grands chefs qui de temps en temps communiquent sur leur recette. Tout reste à faire dans ce domaine. Cordons bleus à vos fourneaux.

La Flie : déguster sans modération

Mollusque gastéropode à coquille conique, hôte de l'estran rocheux, souvent en mode battu.

Elle se déplace la nuit en rampant sur sa sole pédieuse pour se nourrir d'algues qu'elle râpe grâce à sa radula.

Au repos, elle occupe toujours la même place (qu'elle sait retrouver) où elle se fixe solidement. Avec le temps, elle y crée un emplacement concave parfaitement adapté à sa coquille


 La flie n'est autre que le nom local de la patelle, gastéropode abondant sur les rochers


Autres noms : patelle (origine romaine), lépas (origine grecque), bernique (Bretagne), arapède (Méditerranée), chapeau chinois, oeil de bouc, flie (Val de saire).


La flie se consomme nature "sur le pouce" ou revenue sur la poële. Il faut choisir celle qui est sur un rocher qui recouvre à chaque marée.



Commenter cet article

Sylvie 11/07/2009 16:39

Je ne savais pas que ça portait des noms différents selon les régions !

veneziana 10/07/2009 18:39

MMMMH j'adore tout ça! Tu m'invites? ....Je me tiens bien à table et je ne bave presque pas lol

frifri0 10/07/2009 15:31

Salut, oui c tjs la galère avec les huîtres...ici on ne sait pas si on va s'en sortir...alors c pas tous les jours joyeux !!! bonne journée, bisous

olympia 10/07/2009 11:43

Beurk, j'peux pas la voir cette crépidule....lol !! bisouille, léchouille...........hihi