Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Val de Saire vu par Ph L

Le Val de Saire vu par Ph L

Découverte du Val de saire (Manche), photos,actualité, évènements, communes, activités. Partagez avec moi le plaisir de decouvrir et apprécier ce coin de la MANCHE nord-est.

Articles avec #histoire locale catégorie

Publié le par Ph L
Publié dans : #Evènement, #Histoire locale

Météo du 22 décembre .... 1558

  1. Gilles d Gouberville@gouberville
  2. 22 dec 1558 Le jeudi XXIIe, je ne bougé de céans. Il estoyt négé au matin ; sur le mydi desnégea
  3.  Je fys charier du fumier à la Haulte-Vente le reste de la journée.

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Normandie, #Histoire locale, #Barfleur-GattevillePhare

Ch'est men dreit et j'y tyi

Louis X dit le Hutin reçoit les Normands

Louis X dit le Hutin reçoit les Normands

Belle conférence de Philippe DUVAL dans le cadre de l'UIA..

Le thème : Guillaume Le Conquérant et ses descendants

Les successions des Ducs de Normandie et des Rois d'Angleterre après Guillaume Le Conquérand n'ont jamais été simples, faute de descendants directs ou de leur multiplicité.

Si le fils d'Henri 1er de Beauclerc n'était pas décédé avec le naufrage de la Blanche Nef le 25 novembre 1120, le monde aurait peut être connu une autre histoire. L'histoire des XI, XII et XIII ème ssiècles nous apprend que la puissance d'un duché, d'un état, d'un empire peut vite basculer de la super puissance à la soumission et démantèlement.

Que reste-t-il après 1204 et le traité de Paris en 1259, de la toute puissance du duché de Normandie et du royaume d'Angleterre  avec à leur tête une seule personne.

Que reste-t-il, même si l'anneau ducal est brisé en 1469 par Louis XI ?

"- le coutumier de Normandie, base de décision juridique

 - Le droit aux Normands, protection contre les abus de l'autorité royale,

 - Pas d'impôts nouveaux sans l'accord des Normands. 3

 

Et si nous réclamions la mise en oeuvre du droit normand ?

Principales dispositions

"le Roy s'engage à respecter les privilèges de l'ancien duché en Normandie et à y assurer une bonne administration"

La monnaie,
L'impôt,
La justice

quelques dates

19 mars 1315

1ère "Charte aux Normands ", 14 articles, en latin

2 ème "Charte aux Normands", 24 articles, en français

Juillet 1315 

3ème  "charte aux Normands", en latin

1339

Seconde charte aux Normands

2/06/1458

Charte aux Normands
les Normands ne paieront pas d'autres impôts que ceux qu'ils auront consentis

1/12/1465

Louis XI fait la promesse "de garder, maintenir, les droits lois et coutumes de normandie et la Charte"

9/11/1469

L'anneau ducal est brisé. La Normandie terre royale définitivement

1583

Rédaction de la coutume réformée et la Charte est (enfin) insérée à la fin

1585

Dernière confirmation royale de la Charte aux Normands.

Ch'est men dreit et j'y tyi

Louis, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre ; à tous nos féaux, nos justiciers : Salut et paix. Nous avons reçu la grieve et grande plainte des Prélats, personnes d’Eglise, des Barons, des Chevaliers, et menu peuple, du duché de Normandie, contenant que depuis le temps du Bienheureux Louis, notre bisaïeul, beaucoup de griefs et de nouveautés leur avaient été faits et causés, savoir : tailles, subventions, et diverses impositions contre la coutume du pays et contre les droits et franchises d’icelui ; desquelles choses grands scandales menaçoient ; et tant à eux qu’à leurs successeurs, causoient dommages infinis : pourquoi ils nous ont supplié de vouloir bien apporter remède aux susdits griefs, qu’ils nous ont exposés sérieusement, étant, envers eux et nos autres sujets, débiteurs de la justice. Voulant et non sans raison, avoir égard à leur requête, après en avoir délibéré solennellement avec notre.conte :1, nous avons cru devoir statuer et ordonner ce qui suit 

Ch'est men dreit et j'y tyi

Septièmement  que dorénavant, par nous ou nos successeurs au dit duché ne pourront et devront ne pourront être imposées et levées sur les personnes y demeurant aucunes tailles, subventions, impositions ou exactions quelquonques outre les rentes cens et aide-chevets qui nous soint dûs sans une évidente utilité et une urgente nécessité

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Normandie, #Histoire locale

14 octobre 1066 14 octobre 2016

14 octobre 1066 / 14 octobre 2016

950 ans.

La bataille d'Hastings. Guillaume duc de Normandie remportait une bataille contre Harold. Guillaume pouvait donc partir à la conquête de la couronne d'Angleterre.

Le duc de Normandie devenait donc duc et roi..

La Tapisserie de Bayeux raconte l'histoire de cette conquête 

Ouest France consacre un numéro spécial à cet évènement.
La Presse de la Manche du 14/10 publie une double page spéciale 

14 octobre 1066 / 14 octobre 2016

Ouest France propose une page consacrée aux publications liées à cet évènement

14 octobre 1066 / 14 octobre 2016

Un médaillon à l'entrée du port rappelle que Etienne figurait parmi les compagnons de Guillaume.

De par sa position Barfleur a été longtemps "port ducal".

Falaise, statue équestre de Guillaume et les Ducs de normandie.

Falaise, statue équestre de Guillaume et les Ducs de normandie.

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Normandie, #Histoire locale

A propos de "fossé"

A propos de "fossé"

J'ai assisté à des conférences organiséées à Bayeux dans le cadre d'un colloque international consacré à la "tapisserie de Bayeux". Bien que n'étant pas latiniste, -comme on dsait à l'époque j'étais en section moderne- j'ai beaucoup apprécié la communication du professeur canadien Michael W. HERREN et qui s'intitule "Les inscriptions de la Tapisserie de Bayeux et la Critique Textuelle" ce qui pourrait se traduire par étude des inscriptions latines qui accompagnent la broderie. 

A propos de "fossé"

Avant d'en venir au sujet qui me préoccupe je vous livre la conclusion du professeur HERREN

"Je tire les conclusions suivantes : la Tapisserie qui existe doit être considérée comme une copie, et non l'original, de la Williade , une série cohérente d'images et de textes qui célèbrent les exploits de Guillaume Duc de Normandie, à leur apogée dans la conquête de l'Angleterre. Les erreurs dans la copie sont les scènes inversées de la mort et de l'enterrement du roi Edouard ainsi que l'interférence de l'ancien anglais avec des mots latins. Le copiste du texte de la Tapisserie était anglais. Cependant, l'auteur du texte était une personne de langue romane qui préférait creuser les châteaux plutôt que les construire, et était donc certainement un Normand."

A propos du sens du mot "fossé"

Illustration qui figure dans le livre de Pierre Bouet et François Neveux "Révélations et mystères d'une broderie du Moyen-Âge

Illustration qui figure dans le livre de Pierre Bouet et François Neveux "Révélations et mystères d'une broderie du Moyen-Âge

Les discussions qui ont suivi la conférence ont porté sur différents points dont l'un a mené à l'interrogation "que signifie le mot fossé"

Pour comprendre le débat, je cite le conférencier à propos de la scène 45 (photo d'illustration) et de l'inscription latine qui y figure.

"] Je trouve un exemple d'une forme idiomatique, qui, selon moi, est un argument pour désigner un auteur normand : ISTE IVSSIT VT FODERETVR CASTELLVM AT HESTENGA CEASTRA (mot à mot "Il ordonna qu'un château soit creusé dans la ville d'Hastings"). Alors le latin avait de nombreuses expressions pour construire un château. Le Thesaurus Linguae Latinae, le dictionnaire définitif de latin classique basé sur des écrits produits aussi tard que 600 A.D. dresse la liste des verbes suivants pour faire ou construire un château: ponere ("placer, installer"), constituere ("établir"), facere ("faire"), collocare ("situer"), aedificare("édifier"), fundare ("fonder, baser"). Fodere ("creuser") ne fait pas partie de la liste. On peut certainement creuser un vallum, "un rempart/un fossé" (Tacite, Annales 11.18), mais pas un château. On ne trouve pas non plus castellum fodere dans les nombreux exemples pour castellum et castrum donnés dans le DMLBS, avec une seule exception relevée dans la Tapisserie de Bayeux. L'image de la Tapisserie [Image] apparaît comme un château sur une motte castrale, une spécialité que les Normands introduisirent en Angleterre à la période de la conquête. Je suspecte très fortement que castellum fodere ("creuser un château") était la forme idiomatique normande pour exprimer l'idée de construire un château, mais qu'elle n'était idiomatique nulle part ailleurs. Le texte ici est une production de l'auteur avec l'exception des trois derniers mots, at Hestenga ceastra, une faute du copiste, qui a été discutée plus haut."

"ISTE IVSSIT VT FODERETVR CASTELLVM AT HESTENGA CEASTRA"

(mot à mot "Il ordonna qu'un château soit creusé dans la ville d'Hastings"). Michael W. HERREN

"Ce dernier ordonna de creuser un fossé pour ériger un château dans le camp de Hastings"  Pierre BOUET/François NEVEUX.

Une auditrice a fait remarquer que dans la Manche deux communes :

Saint Ebremont de Bonfossé et Saint Sanson de Bonfossé sont l'une et l'autre située sur une butte, fossé ne signifierait-il pas "butte" et non "creux".

Je me suis donc livré à quelques recherches à propos du sens de "fossé" car selon moi fossé = creux..

Que disent les dictionnaires ?

A propos de "fossé"

Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie René LEPELLEY P.U.C. Editions Charles Corlet

Saint-Ebremont-de-Bonfossé 50750 (Canisy)

BONFOSSE

-> "le bon fossé"

Ce fossé était un élément de fortification.

Dictionnaire normand (Editions OREP)

Fossaé n.m.sg., fossiâos pl, : talus servant de clôture. Ce tezrme désigne la levée de terre et non le creux formé à sa base (le pyid du fossaé). Cette dernière partie est d'ailleurs appelée le creux du fossaé. Attesté Hague

Dictionnaire normand/Français (Editions Eurocibles)

Fossé : a) cassis n.m. Fossé pratiqué pour l'écoulement des eaux pluviales. b) creus n.m. Ol a tumbaé dans lé creus, elle est tombée dans le fossé.   .... f) motte n.f. Fossé autour d'un château  .

 

Fossaé : n.m. au plur. fossiäos. Talus d'une haie. arlévaer eun fossé, refaire un talus. eun fossaé-talus, une masse de terre sans creux. V. banque, creux, massas, repare..

 

A noter que la définition du normand est plus stricte que la définition du mot français.

Dictionnaire culturel Le Robert

FOSSE [fose n.m. (1080 fosset; issu du bas latin. fossatum, p.p. subst.de fossare, fréquentatif de fodere "creuser"  -> fouir et fosse)

 

A propos de "fossé"

Fossé

~~ 4 XVIè s."haie bordant un fossé"; par méton du sens 1) région (ouest Normandie, Mayenne, Bretagne). talus, le long d'une voie. Monter sur le fossé. Fossé planté d'arbres - Dans cet usage régional, le "fossé" du français central est appelé creux du fossé.

Et des Normands

~~Catherine B. Une tranchée .. Fleurie au printemps de primevères fraises des bois etc Calvados mais souvent dans le Cotentin

~~Catherine L. En Seine Maritime, c'est plutôt un talus

~~Christophe D. Un fossé c'est une tranchée entre la berne et une haie qui permet à l'eau de s'écouler. Calvados

~~Gilberte F Talus où j allais cueillir des fraises des bois et des violettes en sud manche.

~~Annie L. L. Une tranchée suivant les routes, qui permet à l'eau de s'écouler. Manche est

~~Gwen L. H... comment dire.. un creux au bord de la route 😊(nord cotentin )

Point de vue d'un archéologue

Fossé = talus et on parle alors du creux du fossé.

Que sait-on aujourd'hui du château ? pour un clic  des liens.

 

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Quettehou-Morsalines, #Histoire locale, #Normandie

Quettehou et Les Anglais

Trois tableaux animés pour évoquer l'histoire de Quettehou

Trois tableaux animés pour évoquer l'histoire de Quettehou

Trois tableaux animés pour évoquer l'histoire de Quettehou

Quettehou et Les Anglais

Premier tableau :

1346, le roi d'Angleterre Edouard III, débarque ans la baie du  cul de loup avec 30.000 soldats. C'est le début de la Guerre de Cent Ans.

Après avoir débarqué, il adoube son fils Edouard, plus connu sous le nom de Prince NOIR.

Quettehou et Les Anglais
Quettehou et Les Anglais
Quettehou et Les Anglais
Quettehou et Les Anglais
Quettehou et Les Anglais

DEuxième tableau :

1692

Une partie de la flotte française est anéantie dans la Baie de Saint Vaast, l'amiral Tourville ne peut rien faire.

Vauban architecte du Roi Louis XIV propose de construire des fortifications. Entre 1694 et 1699 Descombes va construire les deux tours dite de "Tatihou" et "La Hougue"

Quettehou et Les Anglais
Quettehou et Les Anglais
Quettehou et Les Anglais
Quettehou et Les Anglais

Troisième tableau :

Le six juin 1944 au matin des parachutistes sont largués par erreur au dessus du Val de Saire. Après de nombreuses péripéties des résistants les aideront à rejoindre leur unité.

Le capitaine Andrew HAWKINS était un de ceux là. Il est revenu régulièrement voir ses sauveurs.

Quettehou et Les Anglais

Prochaine animation sur ce thème le dimanche 14 août avec défilé et animation équestre

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Histoire locale, #Réville, #Normandie

Le droit coutumier de Normandie

Conférence par Sophie POIREY à Réville

Le droit coutumier de Normandie, >Sophie POIREY à Réville

De 911 à 1789/1804, la Normandie a bénéficié d'un régime particulier en matière de droit, de doit coutumier, contrairement à d'autes provinces, il étai écrit.

Sophie POIREY maître de conférences à la faculté de Caen a tenu vendredi 24 à Réville une conférence sue ce sujet.

Faute de disponibilité momentanée je ne développerai pas aujourd'hui le thème. Toutefois en introduction je vous propose de consulter un début de page consacrée à la Normandie avec déjà une évocation de la "Charte aux Normands" qui fut tardivement certes, mais placée en introduction du "Coutumier". Il fau relever que ce droit demeure en vigueur dans les Iles Anglo-Normandes.

Sujet fort intéressant pour qui s'intéresse à la Normandie. Je reviens vite.

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Histoire locale, #Gouberville-Néville-Réthoville

De nouveaux graffiti

De nouveaux graffiti
De nouveaux graffiti

En octobre 2014, je présentais un graffiti découvert à Néville. J'avais été alerté par la présence de graffiti mais je ne les avais pas trouvés

Il me reste à trouver un spécialiste pour dater ces trois éléments.. C'est désormais chose faite.

De nouveaux graffiti
De nouveaux graffiti

On suppose que ce graffiti représente un bateau (ou 2) de pêche.

De nouveaux graffiti
De nouveaux graffiti

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Histoire locale, #Barfleur-GattevillePhare, #Normandie

La Mora  et le mora

Le Mora et Guillaume le Conquérant

Dans le Val de Saire, nombreux sont ceux qui connaissent "le Mora" pour avoir fréquenté le dancing dont Pierre Boisard assurait que c'était la meilleure agence matrimoniale.

Ici je ne vais pas retracer l'histoire de cét établissement dont la dernière destination a été une salle de spectacle-musée avec le célèbre illusioniste Jean MADD.

je veux en cette année 2016 revenir sur "La Mora", le célèbre navire qui emmena Guillaume Duc de Normandie le 14 octobre 1066, à la conquête de l'Angleterre pour s'y faire couronner roi.

Pour traverser la mer de la  Manche, envahir l'Angleterre et s'y faire couronner roi, Guillaume avait besois d'hommes, de chevaux et de bateaux. Il fit appel à ses "amis" et réquisitionna les bateaux existants.

Au plus près des forêts des chantiers furent installés et activés. Non loin de la vaste (au XIè) forêt de Brix, il n'est pas surprenant que Barfleur soit un lieu privilégié pour établir un chantier naval. Nous sommes aussi sur le domaine ducal et non loin des possessions de Mathilde (Quettehou) alors si j'écris que Mathilde fit construire un bateau pour son duc Guillaume à Barfleur je ne dois pas être loin de la vérité.

Pendant longtemps la croyance populaire admettait que Guillaume était parti de Barfleur. Il ne faut pas s'étonner puique Barfleur fut jusqu'uen 1204 un imporatnt port ducal. Henri 1er dit de Beauclerc et Richard Coeur de lion, rois d'Angleterre y ont embarqué. Les navigateurs savent parfaitement ausii qu'à la voile, depuis l'Angleterrre toutes les voies maritimes mènent à Barfleur.

Pour le départ de Guillaume, c'est désormais bien admis et les conditions de regroupement à Dives et un départ de Saint Valéry sur Somme sont parfaitement décrites

"La Mora" bateau amiral de la flotte normande

"La Mora" bateau amiral de la flotte normande

Pour nous renseigner sur la conquête de l'Angleterre par Guillaume nous disposons de deux documents :

- la tapisserie de Bayeux. Si la tapisserie représente le bateau du duc, il n'est nullement mentionné de nom propre au navire.

- le catalogus suppeditantium naves ad expeditionem Willelmi comitis in Angliam (fin du XI ou début du XIIè) et on lit ceci (tradution du latin) "Mathilde qui fut ensuite reine, l'épouse du même duc, fit construire pour la gloire du duc un navire qu'on appelait mora, dans lequel le duc fit lui-même la traversée ... et pour cela le duc accorda à cette même Mathilde le comté du Kent".

René Lepelley dans un article des Annales de Normandie, volume 53, année 2003, explique que les noms spécifiques aux bateaux ne sont apparus qu'au XIIIè et signale que jusqu' à cette période il existe  une seule exception Argo qui selon l'Odyssée  a mené Jason à la recherche de la Toison d'Or.

Si Mora n'est pas le nom du bateau, qu'est-ce ?

Catherine Laboubée dans son dernier ouvrage pages 87-88 (mars 2016) (LE PRISONNIER DE LA TOUR) donne une explication : mora ne désigne pas un bateau en particulier, mais un type de bateau apte à transporter hommes et chevaux dont les caractéristiques le situent entre le snekkar et le langskip.

Cela n'empêche pas les nombreux auteurs de s'interroger sur la signification de mora.

Voir l'article complet de René Lepelley en cliquant sur le lien en fin de parution.

 

Le Mora et Guillaume le Conquérant

La comparaison des deux documents amène à constater une contradiction à propos de la description, par des dispositions inversées. Le texte signale également qu'à la proue du navire un petit personnage montrait du doigt l'Angleterre et jouait du cor, la tapisserie le situe à l'arrière près du barreur.

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Normandie, #Histoire locale

La bataille d'Hastings, 14 octobre 1066, (3/3)

Le Mora

La bataille d'Hastings, 14 octobre 1066, Le Mora (3/3)

" Sur le Mora, un Barfleurais, Etienne, porta Guillaume en angleterrre" Voilà ce qu'on peut lire sur le médaillon fixé dans le port de Barfleur. Des Barfleurais sans aucun doute ont participé à cette opération, des bateaux construits à Barfleur devaient faire partie de la flotte, regroupée dès juillet à Dives puis à Saint Valéry sur Somme, d'où fut organisée le 28 septembre à 17h40 la traversée vers Pevensey et comme l'écrit le poète d'Amiens : "Il y a autant de chevaliers que de poissons dans la mer"

"De la fin de l'hiver jusqu'à la fin du mois de juillet 1066, tous les ports de Normandie, y compris les ports dépendant du Duc, comme Caen, Barfleur, Portbail, connurent une intense activité qui nécessita l'intervention de milliers de charpentiers, dont un grand nombre venaient des régions voisines."

 

Les préparatifs En 1066,

un seigneur de Sainte-Geneviève, un Osbert-Vasteville, parent du duc de Guillaume, mit à sa disposition 15 navires équipés pour la conquête de l'Angleterre. Sa résidence seigneuriale, appelée la Vastevillerie, disparue depuis longtemps, se trouvait à la rue des Mares il connut au Moyen-Age une notoriété considérable.

Une tradition constante veut que "Le Mora" qui transporta Guillaume Le Conquérant, Duc de Normandie, en Angleterre, soit sorti des chantiers de Barfleur, ainsi que de nombreux navires qui devaient participer à la "conquête". C'est un marin de Barfleur, Etienne, qui eut l'honneur de piloter le navire ducal au cours de la traversée.

« On estime à un millier le nombre de navires qui furent rassemblés dans l’estuaore de la Dives par le Duc Guillaume. Les nombres donnés par les sources écrites varient de 696 selon Wace, à 3000 selon Guillaume de Jumièges. La majorité de ces bateaux furent réquisitionnés, aussi bien dans les ports bretons, ou flamands que dans les ports normands. Il fut néanmoins nécessaire un certain nombre de navires en quelques mois dans les chantiers navals de Normandie, situés près de grandes forêts : Le Tréport, Dieppe, Rouen, Honfleur, Caen, port-en-Bessin, Barfleur, Portbail et Régnéville. Des artisans et maîtres charpentiers des régions environnantes furent invités à apporter leur concours à cet effort gigantesque. » Pierre BOUET

Un document du XIème siècle permet de connaître l'importance de la flotte normande

"Nous avons conservé un document précieux, qui donne la liste des seigneurs normands, avec le nombre de navires que chacun d'eux s'engagea à fournir pour la traversée de la Manche"

"Cette liste des navires nous apprend également que Mathilde participa elle-même à cet effort de guerre en faisant construire un grand navire qui conduisit Guillaume en angleterre" .. Elle donna à ce bateau le nom mystérieux de Mora.

Pierre Bouet

La bataille d'Hastings, 14 octobre 1066, Le Mora (3/3)

Un point sur la généalogie.

Harold et Guillaume ont un "lien de parenté" très éloigné. Ce lien Emma de Normandie fille de Richard 1 duc de Normandie, ancêtre en ligne directe de Guillaume.

Harold est le fils de Godwin, un des principaux earl anglo-saxon,  frère de Edith, épouse de Edouard le Confesseur fils de Emma et Ethelred II.

La bataille d'Hastings, 14 octobre 1066, Le Mora (3/3)

Sources et propositions de lecture.

Pierre BOUET, "Hastings, 14 octobre 1066" Taillandier

Pierre BOUET, François NEVEUX, "La tapisserie de Bayeux" editions Ouest-France

Yann COZ Guillaume le Conquérant

Il faut visiter la tapisserie de Bayeux (ouvert 7j/7)

 

Voir les commentaires

Publié le par Ph L
Publié dans : #Normandie, #Histoire locale
La bataille d'Hastings, 14 octobre 1066 (2/3)

La bataille d'Hastings, 14 octobre 1066 (2/3)

5 janvier 1066 Décès Edouard le Confesseur, roi d'Angleterre
6 janvier 1066 Harold est couronné roi d'Angleterre

Guillaume duc de Normandie se prépare à envahir l'Angleterre et reprendre la couronne à Harold

Harold a-t-il prêté serment de fidélité à Guillaume (voir la  tapisserie de Bayeux) ?

En 1065 Harold traverse la Manche et dérouté se retrouve prisonnier de Guy de Pontieux. Guillaume le soustrait à son ravisseur, le ramène à Rouen.

Ensemble ils livrent bataille contre les Bretons et prennent Rennes.

C'est alors qu'Harold aurait juré fidélité à Guillaume.

 

Si le roi Edouard a désigné dans un premier temps Guillaume comme son successeur, il a bien désigné Harold avant de mourir. La parole du roi peut elle rendre Harold parjure vis à vis de Guillaume, mais selon le droit normand, la première parole serait la bonne, on peut suspecter des pressions sur une personne mourante....

 

L'arrestation d'Alfred frère d'Edouard ne serait-elle pas aussi une cause de la décision d'envahir l'Angleterre ?

 

 

Harold prête serment de fidélité à Guillaume d'après repro de la tapisserie de Bayeux (musée de Bayeux)

Harold prête serment de fidélité à Guillaume d'après repro de la tapisserie de Bayeux (musée de Bayeux)

 Guillaume organise « l’invasion » Il faut réunir de 3000 à 5000 chevaux aptes au combat, construire et armer 1000 navires – des navires légers à faible tirant d'eau, dépourvus de quille permettant, d'aborder directement la plage. Chaque seigneur s'engage à fournir tant de drakkars, tant de combattants …

La coordination des travaux est confiée à Guillaume Fitz Osbern. Les demi-frères de Guillaume, l'évêque Odon de Bayeux et Robert de Mortain participent étroitement. Il faudra abattre 6000 à 7000 arbres pour construire la flotte.

Guillaume obtient l’appui de l’église auprès du Pape Alexandre II qui lui confie l’enseigne de saint Pierre.

Guillaume doit convaincre les nobles normands de participer avec leurs fidèles à cette expédition. Des mercenaires bretons et flamands renforcent en hommes cette armée d’environ 10 000 hommes.

Guillaume installe sa base navale dans l’estuaire de la Dives

.

 

Musée d'Oslo (Norvège) photo PhL. découvertes archéologiques et tapisserie de bayeux en accord sur le descriptif des bateaux

Musée d'Oslo (Norvège) photo PhL. découvertes archéologiques et tapisserie de bayeux en accord sur le descriptif des bateaux

L’invasion, la bataille

12 septembre 1066, Guillaume transfert sa flotte à Saint-Valéry-sur-Somme.

18 septembre Harald Hardrada, roi de Norvège débarque avec l’appui de Tostig dans l’estuaire de la Humber au nord de l’Angleterre

25 septembre les Scandinaves sont massacrés au cours de la bataille de Stamford bridge

28 septembre Guillaume ordonne la traversée de la Manche, pour une arrivée le 29 en début de matinée dans la baie de Pevensey. Puis les troupes sont déplacées vers Hastings.

Harold apprend le débarquement et fonce à la rencontre des hommes de Guillaume

 

Guillaume traverse La Manche à bord du Mora D'après repro de la tapisserie de Bayeux (musée de bayeux)

Guillaume traverse La Manche à bord du Mora D'après repro de la tapisserie de Bayeux (musée de bayeux)

14 octobre 1066 Vers neuf heures on sonne la charge.

Harold occupe le sommet de la colline.

Les archers de Guillaume ne produisent pas l’effet attendu, les lèches tirées d’une position basse, se plantent dans les boucliers des housearls et les munitions finissent par manquer.

Les fantassins armés de lances et d’épées n’arrivent pas non plus à faire la différence.

A la mi-journée Harold tient toujours le sommet de la colline, Guillaume est contraint de faire donner les cavaliers et d’user de sa tactique fétiche, la fausse fuite.

La bataille est rude, les victimes nombreuses.

Guillaume est donné mort, il doit aller encourager ses hommes.

Les archers reprennent du service et en soirée Harold est tué, est-ce d’une flèche dans l’œil comme le montre la tapisserie de Bayeux ?

C’est alors la déroute des Anglo-Saxons.

D’Hastings, Guillaume se rend à Douvres puis Cantorbéry et se dirige vers Londres.

Il sera sacré roi le jour de Noël 1066.

la mort d'Harold, peinture de Horace VERNET 1828 Musée Thomas Henry Cherbourg

La bataille d'Hastings, 14 octobre 1066 (2/3)

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog