Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le Val de Saire vu par Ph L

Le Val de Saire vu par Ph L

Découverte du Val de saire (Manche), photos,actualité, évènements, communes, activités. Partagez avec moi le plaisir de decouvrir et apprécier ce coin de la MANCHE nord-est.

Des échaudés : garot, cônu, cônet, cimenet ....
          garot-2012-420-0156

Définition de échaudé du Larousse :

Gâteau très léger, fait d'une boulette de farine, de beurre et d'oeufs, pochée à l'eau bouillante, puis séchée au four. 

 

extrait d'une Communication parue dans les Actes du 1ercolloque de Dialectologie de Caen(mars 1973) consacré aux « Produits alimentaires à base de farine dans le Nord-Ouest du Domaine Gallo-Roman ».

Mots & parlures de la Normandie en long, en large et en travers René Lepelley, Editions Isoète 2010.

 

A - Termes évoquant la fabrication de l’objet

1)      Les produits de base

Sans nous arrêter davantage à ce procédé, étudions ce type lexical qui évoque la qualité de la farine utilisée pour la fabrication du produit. Il s’agit du type simenel qui désigne plusieurs pâtisseries sur les quelles nous reviendrons dans un instant. L’origine en est l’etymon latin simil ‘ fleur de farine’. L’ancien français connaissait les substantifs semble ou simble d’une part (‘fleur de farine’ – ‘gâteau de fleur de farine’) et le dérivé simel, d’autre part (autres formes : seminel, siminel). Les dictionnaires donnent à ce dérivé le sens de ‘gâteau de fleur de farine cuit deux fois, qu’on mangeait surtout dans le carême’, sens trop spécialisé à notre avis, du moins si on le considère hors de son contexte. Ce type a été conservé en Normandie, alors qu’il est rare en dehors de cette région, sauf en Picardie, semble-t-il. On en trouve des exemples dans un registre de Notre-Dame de saint Lô en 1428, et sous la plume de Gilles de Gouberville au milieu du XVIème siècle. Flaubert lui-même l’emploie dans madame Bovary. Dans les parlers normands, il apparaît sous trois séries de formes. Nous avons d’abord la forme primitive plus ou moins transformée par des assimilations ou des métathèses : simné, séminé, simeneau, simereau, sumeré. Nous avons des formes dans lesquelles la consonne initiale est passée à /ch/ ; d’autres où elle est passée à /k/ ; soit : chimené,  chimeneau d’une part, keminé d’autre part. Il semble bien que le passage du /s/ initial à /ch/ ou à /k/ ait été influencé par les formes du substantif cheminée. En effet, là où l’on dit /chimnée/ pour cheminée on rencontre / cim né/ pour désigner la pâtisserie. En Haute-Normandie où l’on dit /kminê/ pour cheminée, on rencontre /kminé/ pour ‘simené’.

Les formes à /s/ ou /ch/ à l’initiale sont entendues surtout dans la moitié nord de la Manche, à Jersey et à Guernesey. Les formes à /k/ existent dans le Pays de Caux, et dans la région de Pont-Audemer (Roumois), dans la plaine du Neufbourg . Que désigne ce type de mot ?

 Un produit qui se rapproche davantage du petit pain que du gâteau, mais qui peut varier d’une région à une autre.  Ce qui est sûr, c’est que l’idée de qualité de la farine utilisée apparaît le plus souvent.

Notons que le substantif de l’ancien français simenel est passé, en anglais, dans deux expressions : simnel cake ‘gâteau de pâques ou de la Mi-carême’ et simnel Sunday ‘dimanche de la Mi-carême’.     

  garot-2012-220-0233
  le garot appartient à la famille des échaudés. 
 

2) Le traitement de la pâte

 

Les formes de gâche et de garrot, qui désignent un assez grand nombre de produits évoquent le pétrissage de la pâte.

L’origine de gâcheest le germanique waskon ‘laver ….

L’étymon de garrot est l’ancien francique wrokon ‘tordre violemment’. On peut donc dire qu’étymologiquement le garrot et la gâche évoquent le même mouvement. L’aire d’extension du substantif garrot est beaucoup plus réduite que celle de la gâche. On ne rencontre ce mot que dans la moitié sud de la Manche (et les régions voisines de Bretagne) et dans l’ouest de l’Orne. Il désigne un petit pain rond ou une brioche en forme de roue.

       
  garot-entier-700-355
 

B – termes évoquant la forme de l’objet

1° la forme arrondie

Nous venons de voir que le latin, torta, ancêtre de tourte, désignait un gâteau rond. En fait c’était un déverbal, à valeur imagée , de torquere ‘tordre’. A la famille du même verbe appartenait le substantif  torques ‘collier gaulois torsadé’ qui évoquait l’idée de circonférence.

Or sur torques a été formé, en Normandie, le verbe teurquier  ‘tordre’, largement répandu dans les parlers locaux. Un dérivé de teurquier  est le substantif féminin teurquette qui peut présenter les deux sens suivants : « lien de paille tordue » et « gâteau en forme de couronne ». C’est surtout dans la région de Coutances qu’on relève ce dernier sens. Plus rare un autre dérivé teurquiau (relevé dans l’Eure) désigne une omelette. De l’idée de circonférence, on passe facilement à celle de cercle.

La couronne est, dans la partie centrale de la Normandie, un pain à pâte dure présentant un vide en son milieu.

         L'échaudé une pâtisserie traditionnelle
 
"Jusqu'en 1900, les rues et les allées des jardins publics étaient sillonnés par des pâtissiers ambulants qui vantaient les petits pâtés chauds, échaudés, gaufres et petits choux."

"Préposés à la confection des hosties, les successeurs des oublayers diversifièrent leur production aux pâtisseries destinées aux gens d’église : les échaudés destinés aux clercs lors de certaines fêtes, les nieules qu’on jetait des tours des cathédrales ou de la voûte de la nef avec des feuilles de chêne et des étoupes enflammées en chantant le ‘Veni Creator’ ou qu’on attachait aux pattes d’oiseaux lâchés dans les églises pendant le ‘Gloria in excelsis’. "

extraits de "Artisans de l'alimentation

EncyDiderot-010-0067

Encyclopédie DIDEROT & D'ALEMBERT

Illustration d'une boutique de pâtissier.

EncyDiderot-020-0069

Extrait de la vignette ci-dessus avec les commentaires qui l'accompagnent.

 

6 - Cheminée où l'on voit une chaudière sur le feu servant à faire les échaudés & autres usages.

 

9 - Ouvrier tenant une manne remplie d'échaudés. 

   
 
 

 

   
conet-seul Un cônet, fabrication à Passais la Conception (orne)
Garot-four-gratot

  un lieu de confection de garots (1981).

Album photos

http://www.vds-phl.fr/album-2103785.html

  http://www.vds-phl.fr/article-32742161.html
   
   

echaude-12-010.jpg

 

Un échaudé de l' Aveyron

http://0z.fr/gq9Vb

   
lepelleycouv1 http://www.vds-phl.fr/article-rene-lepelley-mots-et-parlures-de-normandie-le-livre-du-mois-48376269.html
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
       
 
 
 
         
 

 

Articles récents

Hébergé par Overblog