Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'épiphanie, les Rois, "Coulaine vau l'eau"

Publié le par Ph L

  L'Epiphanie, les Rois, "Coulaine vau l'eau"
Mages-010 Mages-020 Mages-030
  Rois-Galette-010.jpg   Rois-Galette-030.jpg   Rois-Galette-020.jpg
Rois-Galette-040.jpg

 Les "fèves" ont bien évolué quand elles ne sont pas remplacées par des "Louis d'Or".

 

 Un boulanger de Barfleur propose une série intéressante. Les "fèves" représentent les églises des communes voisines.
 

6 janvier jour des Rois.

Les Rois Mages Balthazar, Melchior et Gaspard venus rendre visite  - guidés par la Comète de Halley ?- à l'enfant Jésus et lui apporter des cadeaux : l'or, la myrrhe et l'encens, est-ce là l'origine des cadeaux de Noël ?

Une fête avec des "traditions" qui méritent que l'on en parle autrement que par la fameuse galette vendu pendant tout un mois.

J'attends vos éventuels témoignages ...... 

 Le texte qui suit est un copier/coller d'une site croisé avec un moteur de recherche. je l'ai retenu à cause du dernier paragraphe évoquant les feux des Rois.

Longtemps, le 6 janvier (Epiphanie) fut plus important que le jour de Noël.

Comme beaucoup de fêtes chrétiennes, la date de l'Epiphanie correspond à l'origine à une fête paienne. Autrefois, les Romains fêtaient les Saturnales. Ces fêtes duraient 7 jours et tout était autorisé.

A cette occasion, les soldats tiraient au sort, grâce à une fève, un condamné à mort qui devenait "roi" le temps des réjouissances. Une fois les Saturnales achevées, la sentence était exécutée.

On avait également pris l'habitude d'envoyer des gâteaux à ses amis. Sous l'ancien régime, on l'appela "gâteau des rois" car cela tombait en pleine période des redevances féodales et il était d'usage d'en offrir un à son seigneur.
Puis le concordat de 1801 a fixé la date de l'épiphanie au 6 janvier.

Le terme "épiphanie" est issu du grec et signifie "apparition".
Célébrée le 6 janvier, cette fête correspond à la présentation de Jésus enfant aux Rois Mages.

Ce jour est aussi celui du premier miracle des noces de Cana et avant tout la date de baptême du Christ.

Dès le Ve siècle, l'Eglise donna une importance considérable à cet événement. Pendant des siècles les chrétiens d'Orient célébrèrent la Nativité le jour de l'Epiphanie. Les Arméniens du Caucase le font encore aujourd'hui.
Au Ier siècle il fut déjà décidé de donner primauté à la naissance du Christ plutôt qu'à l'Epiphanie

Dans de nombreux villages, on allume encore les "feux des rois" rappelant ceux qui, dit la légende, brûlèrent cette nuit-là à Bethléem pour cacher l'Étoile au roi Hérode.

 

 

  • Un commentaire de Cyril

    Epiphanie vient effectivement du grec biblique mais veut dire "Manifestation" et non apparition. Le Christ se manifeste lumière des nations pour tous les peuples de la terre. C'est pourquoi, les mages -et non les rois- sont les représentations des différents continents, un blanc, un noir, un jaune. La Tradition leur a donné des noms qui ne sont nullement avérés. Les mages étaient des savants, astrologues et/ou magiciens de l'époque.

Je confirme que "l'épiphanie" correspondait à un jour important. Un ami plus âgé que moi réuni avec d'autres m'avait confirmé que pour les "petits comis de ferme" avant la seconde guerre le jour des Rois était le seul jour de congé. et qu'ils se rendaient à pied dans leur famille et participaient à'coulaine vau l'eau"

Qu'est-ce que "coulaine vau l'eau"

J'ai beaucoup de mal à trouver des témoignages sur cette pratique. Quand j'étais enfant, dans la cour de récréation nous jouions à "coulaine vau l'eau" : en fait nous courions après un camarade pour lui donner une tape dans le dos et lui chanter "sors de mon cliaôs". Voir le texte un peu plus loin.

Je viens d'obtenir la confirmation d'une telle pratique ancienne à Réville 

 Je laisse à l'abbé Charles Lepeley le soin de raconter ce moment et je fais l'emprunt à son livre "Valcanville" publié en 1957 aux éditions Notre Dame

" Au début de l'année, non pas nécessairement, comme ailleurs, la veille de l'Epiphanie, mais le samedi qui suivait le premier jeudi, jour de la foire de Sainte-Geneviève maintenant supprimée, la gent domestique était en liesse. Laissant à faire aux patrons tout le travail de la ferme, les employés partaient vers la fin de l'après midi pour ne rentrer que le lendemain soir; ils s'en allaient dans leur famille où les rejoignaient leurs frères et soeurs qui étaient comme eux "en condition", et ensemble, tout heureux de se revoir, ils passaient la soirée et la journée suivante, "ils fêtaient leurs Rois" Avant le repas du soir, tous ou presque se rendaient à "coulaine vau l'eau". Dans les principaux villages, on allumaitt un grand  feu de paille à l'orée du champ. Les gars avaient fait une ample provision de "coulaines", c'est à dire de petites gerbes de glui, un peu plus grosses que les poings d'un homme. Chacun en allumait une au feu central et la lutte commençait. C'était à qui éteindrait sa torche sur le dos d'un adversaire, en y laissant des centaines, des milliers d'étoiles qui ne tardaient pas à disparaître. La coulaine était rallumée et le combat continuait. On avait soin de baisser la torsade quand le feu allait l'atteindre. La gerbe devenu trop courte servait à alimenter le brasier.

Les plus pacifiques, les jeunes filles ainsi que les enfants, brandissaient leurs coulaines à bout de bras et se promenaient en chantant :

 

 

 "Sortez d'mon cliaôs

taupes et mulots,

Ou j'vous mets l'feu su l'doôs !"

 La récréation finie, tous rentraient pour prendre leur repas qui se prolongeait jusqu'au matin.

 Domestiques et servantes n'avaient que deux jours de congé dans l'année : celui des Rois et celui du 1er août, date à laquelle recommence l'année de travail au service d'un maître déterminé.

 A Valcanville, on fait encore, mais dans un seul village, le feu des Rois. N'évoque-t-il pas, de façon pittoresque, le souvenir de l'étoile qui conduisit les Mages de l'Orient à Jérusalem, puis à Bethléem, lors de la naissance de l'Enfant-Dieu ? "

Voilà encore une fête placée sous le signe de la lumière et du feu à une période de l'année proche d'un événement astronomique, le solstice d'hiver.
 
Commenter cet article

Robert 04/01/2015 09:12

Je me souviens vers 1950 avec les copains en sortant de l'école le samedi des rois nous ramassions du bois et autre chose pour allumer un grand feu le soir "au bout du ris" à Jonville et nous nous amusions pendant 1 heure a courir et chanter "coulaine vau l'eau taupe et mulots sortez d'mon lios ou j'vous mets l'feu su l'doos"

Cyril Moitié 06/01/2012 10:33


Bonjour Philippe et bonne année!


Epiphanie vient effectivement du grec biblique mais veut dire "Manifestation" et non apparition. Le Christ se manifeste lumière des nations pour tous les peuples de la terre.
C'est pourquoi, les mages -et non les rois- sont les représentations des différents continents, un blanc, un noir, un jaune. La Tradition leur a donné des noms qui ne sont nullement avérés. Les
mages étaient des savants, astrologues et/ou magiciens de l'époque.


A bientôt.


P. Cyril Moitié, curé de Marigny.

Ph L 06/01/2012 10:52



Bonjour Cyril, bonne année à toi aussi et à ta famille.


Merci pour ce commentaire et ces précisions.


Au plaisir de te croiser dans le Val de saire


J'ai ajouté ton commentaire dans le texte