Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sainte Geneviève : l'église (2)

Publié le par Ph L

  Sainte- Geneviève : l'église (2)
 
Pieta-050 Pieta-060
Pieta-010 Pieta-020
Pieta-030

Statue "Vierge de pitié" ou "Piéta"

 

 Pierre calcaire du troisième quart du seizième siècle.

Je vous ai déjà présenté l'église de Sainte Geneviève. La restauration et la mise en place d'une Piéta (XVIème siècle) mérite d'être signalée. Je présente plusieurs images avec des éclairages et contrastes différents pour tenter de mieux imaginer ce qu'elle devait être à l'origine.
 Pieta-040 Le socle de la Piéta

 Je ne résiste pas au plaisir de reprendre une anecdote rapportée par l'abbé Charles Lepeley dans son livre Val canville, éditions Notre Dame 1957.

"Nous ne résisterons pas au désir de raconter ce qui se passait à Sainte-Genevève, paroisse limitrophe, en la solennité de la Pentecôte; c'est que ce jour là, bon nombre de Valcanvillais désertaient leur église pour se rendre chez leurs voisins, par curiosité sans doute, mais aussi avec le secret espoir de ne pas revenir à la maison les mains vides.

Après la procession, pendant le chant du "veni creator", on voyait tomber par un trou de la voûte, de petites boules d'étoupe enflammées.

Dans son sermon, M. le curé de Sainte-Geneviève conjurait le Saint Esprit de descendre dans l'âme de ses paroissiens et, au moment psychologique, apparaissait un pigeon blanc qui, après avoir voltigé quelque temps, devenait la propriété de celui qui avait pu les saisir. Une année tandis que tous, silencieux, attendaient avec une réelle impatience, la venue du Paraclet, le Saint Esprit demeura sourd aux prières du pasteur, une fois, deux fois, trois fois ...C'est alors, raconte l'histoire anecdoctique, qu'une porte s'ouvrit et qu'au milieu de l'assemblée, le sacristain, préposé au lâcher du pigeon, s'écria tout penaud : ' Moussieu l'tchué, ûe cat a magii l'Saint-Esprit". Il s'ensuivit une explosion de rires faciles à expliquer.".

Vous avez bien compris : " Monsieur le curé, un chat a mangé le Saint-Esprit"
 "Cette paraliturgie, qui était cause tous les ans de quelque dissipation, ne fut pas reprise à l'arrivée d'un nouveau curé, et les Valcanvillais restèrent chez eux le jour de la Pentecôte comme les autres dimanches. (1)"

 Et Charles Lepeley précise dans une note de bas de page :

"Cette paraliturgie, plutôt bizarre pour ne pas dire de mauvais goût, se faisait chaque année exactement de 1725 à 1729, dans l'église de Sainte Geneviève, au temps où M. de Croix-Mars en était le curé. Elle fut supprimée par son successeur, M. Laurent Morin, ancien curé de Barneville ..."

Commenter cet article

Florentin 31/12/2011 18:24


Bof ! Je ne me serais pas dérangé, je n'aime pas le pigeon. Je connais une autre histoire de pigeon en église. Moins naïve. Au moment où en chaire, le curé s'écriait "le Saint
Esprit c'est ...", un pigeon qui passait par là lui lâcha sa fiente dans les main et notre bon prêtre termina sa phrase par un navré " le Saint esprit, c'est ... mais c'est de la merde !".
Pas catholique, mon histoire, hein ?

margareth 29/12/2011 20:27