Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crépidula Fornicata et patelle

Publié le par Ph L

Des coquillages abondants peu consommés 

 La crépidule : Crépidula Fornicata
 Embranchement Mollusques
Classe gasteropodes
Ordre  
Mesogasteropodes
 Famille Calyptreides

 

Coquillage ovale de couleur rose originaire des Etats Unis. On la trouve toujours en groupe, les coquillages étant llés les uns aux autres.
Photo :des crépidules fixées sur des bulots.


Les crépidules sont d'abord libres et de sexe mâle. Elles produisent alors des spermatozoïdes. Au bout de quelque temps, elles se posent sur une femelle déjà fixée. Après un stade hermaphrodite, elles deviennent femelles, ne produisant plus que des oeufs. Il se forme ainsi une pile de crépidules : celles qui sont en bas sont femelles, celles qui sont en haut sont mâles. La fécondation d'une femelle ne se fait pas par un mâle de la même chaîne, mais par une crépidule encore libre. Son apparition en Europe remonte à 1872. En france elle est apparue après le Débarquement Une seconde vague de colonisation correspond à des introductions involontaires avec l'huitre japonaise Crassostrea gigas implantée en europe à partir du japon et de la Colombie Britannique pour remplacer l'huitre portugaise Crassostrea angulata décimée au début des années 70.
 Cette espèce entre en concurrence avec les bivalves filtreurs comme les huitres, les moules, les coques. La biomasse étant supposée constante dans les bassins ostréicoles les questions se posent sur cette prolifération sachant que la crépidule n'a pas de prédateur connu. Le bar et la limande, la dorade royale l'apprécieraient. Par ailleurs on remarque que les accumulations constituent une "protection " une défense contre la houle en bordure de côte


Ce mollusque peu consommé intéresse de grands chefs qui de temps en temps communiquent sur leur recette. Tout reste à faire dans ce domaine. Cordons bleus à vos fourneaux.

La Flie : déguster sans modération

Mollusque gastéropode à coquille conique, hôte de l'estran rocheux, souvent en mode battu.

Elle se déplace la nuit en rampant sur sa sole pédieuse pour se nourrir d'algues qu'elle râpe grâce à sa radula.

Au repos, elle occupe toujours la même place (qu'elle sait retrouver) où elle se fixe solidement. Avec le temps, elle y crée un emplacement concave parfaitement adapté à sa coquille


 La flie n'est autre que le nom local de la patelle, gastéropode abondant sur les rochers


Autres noms : patelle (origine romaine), lépas (origine grecque), bernique (Bretagne), arapède (Méditerranée), chapeau chinois, oeil de bouc, flie (Val de saire).


La flie se consomme nature "sur le pouce" ou revenue sur la poële. Il faut choisir celle qui est sur un rocher qui recouvre à chaque marée.



Voir les commentaires

La Hougue

Publié le par Ph L

La Hougue


Hier je vous présentais la tour Vauban de Tatihou. Aujourd'hui, la tour Vauban de La Hougue. Les deux tours se font face, voir la photo du bandeau.


      Deux échauguettes sur les fortifications de la Hougue  


Sébastien Leprestre de Vauban, né en 1633 à Saint Léger de Foucheret (Morvan/Yonne). Cette commune devint par décret impérial du 7 décembre 1867 saint léger Vauban. (Environs d'Avallon, Vèzelay).

En 1675 il fit l'acquisition du château de Bazoches  (Nièvre) qui devint la demeure familiale. c'est là aussi qu'il établit son bureau et avec ses ingénieurs travailla aux études des fortifications.


www.vauban.asso.fr

www.sites-vauban.org

 




Dans le cadre des animations liées à ce classement le professeur Jacques Dupâquier, historien démographe, membre de l'académie des sciences morales et politiques (Institut de France), a prononcé une conférence sur le thème de Vauban et le recensement de la population en août 2008.

 

Vauban est connu comme ingénieur du roi Louis XIV, pour la construction de fortifications et son rôle joué dans de nombreux sièges de villes qu'il a toujours menés à terme et succès  avec la volonté d'avoir le moins de pertes humaines possibles (Douai, Tournai, Lille, Maastricht.... une cinquantaine).

 

Ses relations avec le roi étaient particulières et il usait d'un franc parler. S'il était écouté en tant que conseiller militaire et en matière de fortifications, il ne l'était pas en matière de politique. Cela ne l'empêchera pas d'écrire et de diffuser un projet de réforme de l'impôt (la taille). « Il n'avait que trop constaté que les riches s'évertuaient à paraître pauvres ». Il aurait souhaité que tout le monde paie l'impôt sur des bases rationnelles.

 

Fort de nombreux voyages à travers le pays (il parcoura 80 000 kilomètres), il est persuadé qu'un pays fort est un pays peuplé.. Il va alors inaugurer et mettre au point une méthode générale et facile pour faire le dénombrement de la population.

 

A l'aide de tableaux prenant en compte le nombre de foyers, d'hommes, de femmes, de grands et petits garçons (+ ou - de 14 ans), de grandes et petites filles (+ ou - de 12 ans), servantes, valets, domestiques, de mendiants, d'artisans, de chevaux, de bêtes à cornes, de charrues ..... Il va commander le dénombrement de la population. Utilisant donc des critères socio- démographiques et économiques, il va estimer le nombre des sujets de Louis XIV à 22 millions. Ce genre de recensement il l'a entrepris en premier à Douai dont il était gouverneur.

Voir les commentaires

Tatihou, une île

Publié le par Ph L

T'as été à Tatihou

Tatihou, figure bien sur les cartes de Normandie, cette île accessible à pied par marée de coefficient supérieur à 80, se trouve au large de saint Vaas la Hougue et constitue une protection pour son port.

En 1694 sous la conduite de Combes suivant les plans de Vauban une tour est érigée en même temps qu'à la Hougue. Il s'agit de prévenir des débarquements sur une côte plate.


En juillet 2008, ces deux tours Vauban, avec douze sites en France sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO.


Tatihou a été rendu au public à partir de 1992. Possession du Conservatoire du littoral, elle est aménagée et gérée par le Conseil Général de la Manche.



Sur l'île un musée, une tour, des jardins à visiter. Une réserve ornithologique à observer.

Dans la journée je mets en ligne un album photo, présentant cette île. cet album comme les précédents sera complété dans les jours, les mois à venir.


Voir les commentaires

Val de saire : des livres

Publié le par Ph L

Salon du livre de mer et d'aventure
Saint Vaast la Hougue : 12 et 13 juillet 2009

Les dédicaces de livres se succèdent dans les librairies, comme ici à l'image de Michel Giard et Patrick Courault. 2009 constitue un bon cru pour la parution d'ouvrages consacrés à la région du Val de saire et du Cotentin.


Michel Giard et Patrick Courault en dédicace

Le Val de Saire



Emond Thin
(OREP) 

 Val de saire

Maurice Lecoeur
Christine Duteurtre
Editions ISOETE

Au fil du temps
Au fil des rues



Annick Perrot
  Les tours Vauban
 

Annick Perrot
Gérard Grimbert
Edmond Thin,
André Zysberg
Tempêtes en Cotentin



Patrick Courault
 Le Cotentin de A à Z
Michel Giard


Cet ouvrage de René Lepelley ne date pas de cette année, mais il constitue une référence pour le parler local.

Comme les auteurs cités ci-dessus René Lepelley participera au salon du livre de mer et d'aventure les 12 et 13 juillet, sur les terres pleins de la Hougue à saint Vasst la Hougue.

Voir les commentaires

Polyfollia : Concerts de l'été

Publié le par Ph L

Concerts de l'été


Chant choral avec Voces8, à la Halle aux grains à Quettehou, dimanche 5 juillet.

2009 : cycle du festival d'été. en 2010 nous devrions retrouver le marché mondial du chant choral. La Manche peut se flatter ainsi d'accueilir les meilleurs ensembles mondiaux du chant choral. Depuis le début le Val de Saire reste fidèles à cette organisation avec toujours un même succès.

Voir aussi l'album photo (ci-contre).


http://www.polyfollia.org





Voir les commentaires

Les concerts de l'été

Publié le par Ph L

Les concerts de l'été.
Ars Nova
Penadant la période estivale les concerts se font plus nombreux, c'est bien et agréable en soi. Dans le cas présent j'apprécie que les premiers aient été donnés pars des groupes originaires de la Manche, ils prolongent ainsi le travail de toute l'année et proposent des programmes variés.


Vendredi, à Barfleur, s'est produit Ars Nova, groupe de musiciens et de chanteurs. au programme la musique du Moyen Äge, avant le Baroque.


Voir  aussi l'album

Inscrivez vous à la newsletter (davantage de photos sur le Val de SAire)

Voir les commentaires

Les poireaux

Publié le par Ph L

Les poireaux

Juin -juillet pleine saison pour le repiquage du poireau, en voici quelquues images.

Dans l'album photo vous pourrez suivre la saison d'un poireau jusqu'au magasin de distribution, au Canada peut-être.








La culture du poireau intéresse le corps préfectoral, en début de semaine le Préfet de la Manche s'est rendu dans une ferme pour s'informer de l'état de l'agriculture dans la Manche, sans trop faire de recherches je devrais trouver dans mes archives récentes une photo d'un autre préfet visitant un atelier de conditionnement.

Voir les commentaires

Marité

Publié le par Ph L

Marité
Trois-mâts de 47 mètres, le Marité fut lancé à Fécamp en 1923 pour participer aux grandes campagnes de pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve.



La restauration de ce trois mâts a commencé à Cherbourg. depuis le 8 mai 2009, il a rejoint Saint Vaast la Hougue où va se poursuivre la rénovation prévue jusqu"en 2010.
Je publie aujourd'hui un album de photos que j'avais utilisées précédemment sur un autre blog vers le 8 et 9 mai. Je reprendrai ici l'histoire de ce dernier terre-neuvier français, bien connu des Français par l'intermédiaire de l'émission Thalassa.


Voir l'album photo 

Voir les commentaires

L'âne du Cotentin

Publié le par Ph L

L'âne du Cotentin.






Dans chaque ferme, l'âne faisait partie du quotidien, souvent il accompagnait la fermière ou la "triolette" pour aller traire les vaches.
Il a disparu du paysage avec la motorisation après 1955.
De plus en plus il est possible d'apercevoir un de ces animaux en compagnie d'un cheval.

L'âne du Cotentin se caractérise par la croix de Saint André sur le dos.


http://www.ane-cotentin.fr/
Le site de l'association de l'âne du Cotentin

Voir les commentaires

chou marin

Publié le par Ph L

Le chou marin (Crambe maritima) 
Espèce protégée

Il existe une trentaine de variétés de chou marin (Crambe Maritima, de krambê, nom grec du chou.).
Famille  des
 Brassicacées (ou Crucifères),
On prétend qu’il était cultivé au potager royal de Versailles, mais déjà les Romains le ramassaient et le conservaient en barils comme de la choucroute
 Vanté comme diurétique et antiscorbutique. Les feuilles sont vulnéraires et les graines vermifuges. Le jus cru combat les gastrites et les ulcères gastriques.



A partir du mois de mai, le chou marin se couvre d’un grand nombre de petites fleurs blanches qui deviennent par la suite des fruits, appelés silicules, ne produisant en général qu’une seule graine qui sera transportée par la mer.
L'inflorescence, qui s'épanouit en mai et juin, est composée de très nombreuses fleurs pédicellées, assez grandes, réunies en grappe au sommet des rameaux ; le calice est formé de quatre sépales oblongs étalés ; la corolle, de quatre pétales entiers, blancs ou un peu rosés (0,60 à 1 cm de long) largement ovales étalés. Le fruit est une grosse et dure silicule à deux articles : l'inférieur avorté, le supérieur globuleux (0,70 à 1,20 cm de long) contenant une ou deux graines.

Voir aussi l'album photo (végétation du littoral)

Voir les commentaires